Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les négociations israélo-palestiniennes reprennent à Washington

Déterminer une feuille de route pour les pourparlers




Les négociations israélo-palestiniennes reprennent à Washington
Les négociations de paix directes entre Israéliens et Palestiniens, gelées depuis trois ans, vont reprendre à Washington dès lundi soir, alors que le gouvernement israélien a approuvé dimanche la libération de prisonniers palestiniens en signe de bonne volonté.
"Aujourd'hui le secrétaire d'Etat John Kerry s'est entretenu avec le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et il les a personnellement invités à envoyer leurs équipes de négociateurs à Washington pour reprendre formellement les négociations directes. Les premières réunions étaient prévues lundi soir 29 juillet et mardi 30 juillet", a indiqué le département d'Etat.
"Ces négociations seront une occasion de développer un plan de travail qui déterminera comment les parties procèderont dans ces négociations au cours des prochains mois", a ajouté la porte-parole.
Plus tôt dans la journée, le gouvernement israélien a approuvé la libération de prisonniers palestiniens, selon la radio publique.
Le conseil des ministres a adopté un texte prévoyant la libération de 104 prisonniers palestiniens détenus en Israël, par 13 votes pour, 7 votes contre et 2 absentions, a indiqué la radio.
"Le gouvernement a approuvé l'ouverture de négociations diplomatiques entre Israël et les Palestiniens et (...) la formation d'un comité ministériel en charge de la libération de prisonniers palestiniens dans le cadre des négociations", a indiqué un communiqué du bureau du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, précisant que ce dernier présiderait le comité. Les services de M. Netanyahu n'ont pas précisé le nombre ni l'identité des prisonniers qui seraient libérés.
"Nous saluons la décision du gouvernement israélien de relâcher les prisonniers qui ont été arrêtés avant les accords d'Oslo (en 1993, NDLR). Nous estimons qu'il s'agit d'une étape importante et espérons pouvoir saisir l'opportunité fournie par les efforts de l'administration américaine pour parvenir à un accord de paix durable et juste", a déclaré à l'AFP le négociateur palestinien Saëb Erakat.
Le feu vert du cabinet israélien est intervenu après plusieurs heures de délibérations en raison de l'opposition farouche aux libérations de prisonniers exprimée par plusieurs ministres, se faisant l'écho d'une bonne partie de l'opinion publique israélienne.
Le référendum deviendrait ainsi la dernière étape nécessaire pour entériner un éventuel accord de paix, après l'approbation du gouvernement puis celle du Parlement.
Ce projet de loi est vu comme un geste envers les ministres de droite qui appréhendent les concessions pouvant être demandées à Israël lors des négociations. Ils craignent la cession de territoires sous contrôle israélien, comme Jérusalem-Est, sur une simple décision du cabinet, alors que nombre d'Israéliens y sont opposés.
Des responsables américains seront présents aux négociations qui seront dirigées côté palestinien par le négociateur en chef Saëb Erakat et côté israélien par la ministre de la Justice Tzipi Livni.
Les dernières négociations de paix avaient rapidement tourné court en raison de la poursuite de la colonisation israélienne à Jérusalem-Est et en Cisjordanie.

Libé
Mardi 30 Juillet 2013

Lu 264 fois


1.Posté par boumehdi le 30/07/2013 14:23
Kerry pourra-t-il faire mieux que Clinton? Il est permis d'en douter car la diplomatie US est plus que jamais sous le feu nourri de Tel Aviv et des très puissants lobbies israéliens qui peuplent et le Congrès et les états américains .La diplomatie israélienne soucieuse de ne pas déplaire à une opinion publique chauffée à blanc et menée par les ultras orthodoxes et les colons ne cédera pas un pouce de terrain et encore moins une once de "souveraineté" ;pire tous les palestiniens habitant depuis des siècles à Jérusalem.seront dotés d'une "carte de séjour" et donc expulsables à tout moment.Côte palestiniens,jamais les divisions n'ont été aussi profondes entre l' OLP et le Hamas.Pire,la situation très floue en Egypte,en Syrie,en Jordanie,les divisions entre Ryad et Doha,rien ne permet de croire que ce énième round aboutira à un quelconque progrès dans le sens d'une paix réelle et durable entre Israël et les palestiniens.Les menaces de Tel Aviv à l'égard de Téhéran ne laissent rien présager de bon.Pire l’engagement du Hezbollah aux côtés de Damas risque de peser beaucoup sur le Hamas pour l'empêcher de faire le pas nécessaire pour présenter un front crédible face à la puissante Israël .Kerry veut démontrer qu'il peut faire mieux que Hillary Clinton, aussi se lance-t-il dans cette aventure pour gagner un atout décisif pour les prochaines présidentielles américaines.Mais Natanyahou est le maître du jeu politique à Washington et tout candidat américain doit passer par lui...

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs