Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les mystères du lac Vostok bientôt révélés




En Antarctique, les scientifiques russes poursuivent le forage de la calotte pour tenter d'atteindre dans les prochains jours le lac Vostok, piégé sous la glace depuis 30 millions d'années.
Le lac Vostok, le plus étendu et le plus profond lac subglaciaire d'Antarctique, est sur le point d'être atteint par les scientifiques russes en charge du forage. Du moins, si ceux-ci parviennent à achever leur projet avant le 6 février qui marque la fin de l'été austral. Au-delà de cette date, les conditions météorologiques rendront le travail impossible et le reporteront à la fin de l'hiver en novembre prochain.
Cela fait maintenant plus de 20 ans que l'expédition russe a entamé le forage des 4 kilomètres de glace qui recouvrent le lac Vostok, découvert dans les années 1970. Mais depuis le début du projet, les scientifiques ont rencontré bon nombre d'obstacles qui ont ralenti le travail. En 1998, par exemple, alors que le forage atteignait les 3.580 mètres, celui-ci a été interrompu pour des raisons environnementales. En effet, le lac Vostok, isolé depuis des millions d'années pourrait, selon les spécialistes, abriter des formes de vie encore inconnues. Des micro-organismes, des vers ou des algues capables de révéler des éléments essentiels sur la vie à cette époque et sur son adaptation aux conditions extrêmes.
Ainsi, le mélange à base de kérosène utilisé pour le forage présentait un risque évident de contamination pour le lac resté pur pendant toutes ces années. Les scientifiques ont donc dû développer une nouvelle méthode employant, cette fois-ci, un fluide à base de silicone beaucoup moins polluant. "Si tout se déroule selon nos plans, nous pourrons récupérer des échantillons sans polluer les eaux du lac", indique à la revue Nature Valery lukin, qui dirige l'expédition russe. Une méthode approuvée par le secrétariat du Traité de l'Antarctique qui a accordé son feu vert pour reprendre le forage.
Selon les dernières mesures de l'expédition, celui-ci a atteint aujourd'hui les 3.700 mètres de profondeur. Il ne reste donc plus que 50 mètres à creuser avant le lac. Mais il n'est pas certain que les scientifiques y parviennent à temps, le travail venant à nouveau d'être ralenti par des difficultés techniques.

Maxisciences
Jeudi 3 Février 2011

Lu 306 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs