Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les ministres traînent le pas pour exécuter leurs projets d’investissement


Le gouvernement prive Akhannouch de 2,2 MMDH, Rebbah de 1,7 MMDH et Douiri de 1,5 MMDH



Les ministres traînent le pas pour exécuter leurs projets d’investissement
Selon une source bien informée, la coupe drastique de 15 milliards de dirhams (MMDH) du budget d’investissement a été répartie sur tous les budgets sectoriels dépassant les 3 millions de dirhams (MDH). Cette même source nous a assuré que le montant de cette coupe représentait 19% du budget d’investissement prévu pour 2013 y compris les budgets de transfert  de 2012.
Cette même source nous a précisé que la plus importante coupe budgétaire a concerné le budget d’investissement du ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime. En fait, le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, a gelé plus de 2210 MDH du budget de ce département, et ce après que ce dernier a cumulé 10,3 MMDH, incluant 8 MMDH pour le compte de 2013 et 2,2 MMDH transférés de 2012.
Le gouvernement a également gelé 1,7 MMDH du budget d’investissement  du ministère du Transport et de l’Equipement, du fait qu’Abdelaziz Rebbah n’a pas pu  exécuter le montant de 28,1 MDH du budget d’investissement qui a été alloué à son département l’année dernière, ce qui fait que le cumul des budgets transférés de son ministère a atteint 8,5 MMDH.
Quant au ministère de l’Energie et des Mines, il a été touché par le gel de 1,5 MMDH des investissements qui lui ont été attribués pour le compte de l’exercice 2013, ce qui représente plus de 25% de son budget.
Il est à noter que ces coupes budgétaires ont épargné les institutions constitutionnelles, y compris le Parlement avec ses deux Chambres, le secrétariat général du gouvernement et le ministère des Relations avec le Parlement.
A signaler aussi que ces coupes budgétaires figurant dans le décret du chef du gouvernement n’ont pas été proportionnellement  égales  tant en pourcentage qu’en volume. Mais plutôt qu’elles ont été orientées vers les ministères qui accusent le plus de retard dans l’exécution de leurs budgets d’investissement, tel que le ministère de la Santé dont on a amputé environ 646 MDH au titre de l’exercice 2013 étant donné que son budget a été de 2 MMDH.
Les mêmes sources nous ont précisé que le département d’El Ouardi n’a exécuté que 300 MDH d’un budget de 2 MMDH qui lui a été réservé en 2012, ce qui a abouti au transfert de 1,7 MMDH au budget de 2013. La même lenteur a caractérisé, selon nos sources, l’exécution du budget du ministère de l’Agriculture et de la Pêche maritime, essentiellement en ce qui concerne le Plan Maroc Vert, dont plusieurs projets connaissent une lenteur au niveau de l’exécution de l’agenda qui lui a été fixé ultérieurement.

T.B.C
Mercredi 10 Avril 2013

Lu 445 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs