Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les militaires préparent l’après-Bouteflika

Le président algérien serait atteint d’un cancer




Les militaires préparent l’après-Bouteflika
Le président algérien serait-il atteint d’un cancer? Plusieurs sources algériennes et étrangères le confirment alors qu’officiellement, c’est le black-out total sur l’état de santé de Bouteflika.  Au moment où des    WikiLeaks confirment  que Bouteflika est bel et bien atteint  d’un cancer, les communiqués officiels provenant d’Alger annoncent qu’il s’agit d’un «ulcère hémorragique».   La maladie actuelle de Bouteflika serait donc beaucoup plus grave qu’annoncé.
Pour beaucoup d’observateurs, le mystère qui entoure cette maladie émane du fait que le pouvoir réel en Algérie, à savoir l’armée, est en train de préparer la relève, ce qui inquiète la classe politique algérienne acculée à l’attente même si certaines parties ont commencé à réclamer plus de transparence sur l’état de santé de Bouteflika. L’article 88 de la Constitution algérienne prévoit, en effet, que le Conseil constitutionnel  rend public un rapport faisant état de la santé du président.  
Au niveau international, c’est également l’attente. Si officiellement les capitales concernées privilégient en pareil cas la prudence, il n’en reste pas moins que les services de renseignements des grandes puissances intéressées par le gaz algérien et préoccupées par la situation au Sahel, ont déjà présenté leurs copies sur l’état de santé de Bouteflika. Selon certaines sources en Algérie et en France, l’état de santé du président est grave et on tente de cacher la vérité à l’opinion publique algérienne par de faux communiqués suivis de longs silences.  «S’il s’agit, comme déclaré initialement, d’un accident ischémique transitoire, sans gravité et sans séquelles irréversibles, le transfert au Val-de-Grâce n’est nullement justifié.
Par ailleurs, on nous assure qu’il ne s’agit pas d’un accident hémorragique. Dans ce cas, « pourquoi évoque-t-on l’hypothèse d’une embolisation, c’est-à-dire une intervention destinée à obturer une artère, puisqu’il n’y a pas d’hémorragie? La seule hypothèse envisagée est celle d’un cancer du cerveau, l’embolisation étant destinée à boucher l’artère qui nourrit la tumeur», s’interrogeait Abdeslam Ali Rachedi,  professeur de médecine  dans une déclaration au quotidien algérien Al Watan où il relève des contradictions flagrantes dans les communiqués officiels.  En effet, le fait de boucher une artère lors d’une maladie permet l’arrêt d’apport sanguin au niveau de la tumeur et  entraîne automatiquement la nécrose, c’est-à-dire la destruction des cellules cancéreuses.
Ce qui est sûr, c’est que Bouteflika n’est plus en état de briguer un nouveau mandat à la tête de l’Etat algérien. L’institution militaire qui tire les ficelles de la politique du pays en est convaincue et prépare déjà dans les coulisses l’après-Bouteflika.

Kamal Mountassir
Mardi 7 Mai 2013

Lu 3763 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs