Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les mécanismes de promotion de l’action partisane passés en revue


Colloque à Rabat sur « Les partis, les exigences du développement et la consécration du choix démocratique »



Les mécanismes de promotion  de l’action partisane passés en revue
Une pléiade de chercheurs et de dirigeants de partis politiques nationaux ont débattu, mercredi à Rabat, des faiblesses du paysage partisan marocain et des mécanismes à mettre en œuvre pour sa promotion et son développement, à la lumière des changements survenus dans le Royaume au cours des deux dernières années.
Intervenant lors d’un colloque national sous le thème «Les partis politiques au Maroc : les exigences du développement et la consécration du choix démocratique», organisé, trois jours durant, par le Centre d’études en droits humains et démocratie (CEDHD), en collaboration avec la Faculté de droit de l’Université Mohammed V-Agdal et la Fondation Friedrich-Ebert, les participants ont affirmé que tout changement de la réalité dans laquelle se débattent actuellement les partis politiques marocains requiert de leur part «l’ouverture sur de nouveaux mécanismes d’action».
Lors de la séance d’ouverture, placée sous le thème «Témoignages sur le parcours partisan marocain», Mohamed Elyazghi, de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), a souligné que les partis politiques, en tant que modèle et outil d’organisation de l‘action politique, sont présents partout dans le monde démocratique, en dépit de l’émergence de nouveaux moyens d’encadrement, notant que le défi qui se présente aux formations politiques marocaines réside en leur capacité à assimiler les changements en cours et à développer de nouveaux outils de communication.
Pour sa part, le leader du Parti du progrès et du socialisme (PPS), Moulay Ismail Alaoui, a relevé que le paysage politique marocain est confronté à une crise globale, estimant que les partis n’étaient pas toujours à la hauteur des aspirations des citoyens. Il a fait valoir qu’il est nécessaire, toutefois, de ne pas ignorer que certaines formations demeurent toujours attachées à leur «noble mission».
De son côté, Mahjoubi Aherdane, président fondateur du Mouvement populaire (MP), s’est attardé sur les épopées menées par les nationalistes marocains qui avaient combattu le colonisateur et défendu avec patriotisme la souveraineté du pays.  Il a aussi tenu à rendre hommage aux valeurs nobles des leaders de la résistance avant et après l’Indépendance, soulignant qu’il est temps de se tourner vers l’avenir afin de combler les lacunes relevées dans l’action partisane.
Le président du CEDHD, Lahbib Belkouch, a affirmé, pour sa part, que cette rencontre a pour objectif d’«ouvrir un dialogue serein et profond» afin d’unir les forces et travailler en synergie, tout en procédant à un examen des lacunes et des faiblesses relevées.
Quant à la représentante de la Fondation Friedrich-Ebert, Christine Burke, elle a noté que les partis politiques légaux contribuent à la stabilité des régimes politiques, ajoutant qu’il y a une régression dans l’action des partis, ce qui a entamé la confiance des citoyens.
«L’acquisition de la légitimité politique est tributaire de la confiance et de la proximité de la société ainsi que de la capacité d’innovation en matière des programmes», a-t-elle relevé.
Pour sa part, le président du département droit public et sciences politiques à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales, de l’Université Mohammed V-Agdal, Ahmed Boujdad, a souligné que la recherche scientifique en matière des sciences politiques, est étroitement liée à la liberté de la recherche, faisant remarquer qu’actuellement le vrai défi réside dans le fait que la politique n’est plus pratiquée selon les méthodes traditionnelles et qu’elle a désormais investi le monde virtuel.
Cinq autres séances sont au menu de ce colloque, portant notamment sur, «Les partis politiques, espaces de citoyenneté et renouvellement du contrat politique», «La distinction idéologique et questions de polarisation au sein du paysage partisan marocain», «La gouvernance partisane» et « L’action partisane au sein des institutions représentatives et exécutives».

MAP
Vendredi 15 Février 2013

Lu 298 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs