Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les mauvais crus du gouvernement Benkirane

Activités non agricoles affectées par la réduction des dépenses d’investissement et ralentissement de la croissance économique




Les mauvais crus du gouvernement Benkirane
La dernière note du Haut commissariat au plan présentant la situation macroéconomique du Maroc en 2013 et son évolution prévisible en 2014 est on ne peut plus explicite. La crise a bien pris ses quartiers chez nous et les mauvais crus produits par le gouvernement Benkirane ne feront que l’aggraver à l’avenir.
Bien que Dame nature nous ait gratifiés d’une bonne campagne agricole, les activités non agricoles vont, en effet, être affectées par la réduction des dépenses budgétaires d’investissement décidée au début de l’année 2013 par l’Exécutif ainsi que par le faible accroissement de la demande mondiale adressée au Maroc..
Les activités industrielles (mines, énergie, industries de transformation et bâtiment et travaux publics) vont, dans ce cadre, enregistrer des rythmes de croissance très bas, de l’ordre de 1,8% en 2013, après celui de 1,3% en 2012, le ralentissement des activités du BTP, des mines et de celles des phosphates et dérivés, en particulier, expliquant ces contre-performances du secteur secondaire.
 Le secteur tertiaire (tourisme et services) dégagerait, pour sa part, un léger recul de sa croissance passant de 5,9% en 2012 à 3,8%, en raison, particulièrement, de la stagnation de la valeur ajoutée des services fournis par les administrations publiques. Le recul du rythme d’accroissement des activités tertiaires aurait pu être plus accentué si ce n’était l’effet positif du secteur agricole sur le commerce et le transport et la consolidation des performances des activités des télécommunications.
Comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, cette décélération devrait impacter le développement du Maroc au cours de l’année prochaine.
La croissance économique nationale devrait ainsi se situer à 2,5% en 2014 même si   les activités non agricoles enregistrent une légère amélioration de leur rythme de croissance, passant de 3,1% en 2013 à 3,6%, tout en restant, cependant, inférieur à la moyenne de 4,6% enregistrée durant la période 2010-2012
Idem pour  la demande intérieure qui devrait s’accroitre de 2,8% en volume, au lieu de 5%  en 2013 et sa contribution à la croissance serait de 3,2 points, au lieu de 5,8 points en 2013 et pour la demande extérieure nette qui devrait  continuer d’afficher une contribution  négative à la croissance du PIB de l’ordre de 0,7 point en 2014.

Libé
Vendredi 21 Juin 2013

Lu 247 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs