Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les mareyeurs disent non à Akhennouche

Selon eux, la loi n° 14-08 protège la rente maritime et défend les intérêts des spéculateurs




Les mareyeurs disent non à Akhennouche
«La loi n° 14-08 relative au mareyage protège la rente maritime et ne défend ainsi que les intérêts des grands spéculateurs qui ont toujours monopolisé les richesses maritimes du pays», s’insurge un commerçant de poisson en commentant ce texte législatif régissant le secteur du commerce de poisson en gros.
Lors d’une rencontre avec les parlementaires de Safi initiée par la Fédération des associations professionnelles des commerçants du commerce en gros et les exportateurs des produits maritimes au niveau des différents ports et marchés du Royaume, les professionnels sont unanimes à rejeter le texte législatif qui, d’après eux, pourrait servir à tout sauf l’organisation du secteur du commerce de poisson dans les ports marocains.
Pour le président de l’un des  Syndicats des mareyeurs, ce texte « présente des contradictions puisqu’il définit le mareyage comme le tri, l’allotissement et le conditionnement, alors que les produits pouvant être commercialisés par un mareyeur, sont des poissons entiers, en filets ou tronçonnés ».
En outre, le fait que « l’activité du mareyeur englobe selon ce texte de loi, les trois fonctions techniques que sont le tri, l’allotissement, le conditionnement, l’étêtage, le tranchage, le filetage, la congélation, l’élaboration de rôtis, les brochettes, etc, les fonctions commerciales que sont le négoce, l’approvisionnement majoritaire en criée puis l’élargissement à d’autres sources d’approvisionnement (import, inter port ....), et les fonctions financières puisque le mareyeur assure un relais financier  lié à sa fonction  de négociant des produits frais aux produits congelés et élaborés, est un contresens commercial, si on prend en considération l’éventualité de l’admission des transporteurs de poissons comme étant des mareyeurs ».
La rencontre a été l’occasion pour les parlementaires safiots de mieux comprendre les dessous de ce problème dont ils devront assumer le plaidoyer auprès de l’Exécutif qui, d’après les professionnels, a choisi de  faire cavalier seul.
A l’issue de cette rencontre, les professionnels ont diffusé un communiqué appelant le ministère d’Akhenouche à adopter une approche participative tout en gelant la loi 14.08 très contestée, avec pour perspective l’adoption d’une nouvelle loi à même de répondre aux vrais problèmes du secteur du commerce de poisson en gros.

Abdelali Khallad
Mardi 23 Juillet 2013

Lu 888 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs