Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les marchés émergents sèment à tout vent

La croissance de la population urbaine africaine devrait induire un taux rapide d’urbanisation d'ici 2020




La transformation du paysage mondial au cours des dernières années a donné un coup de projecteur sur les marchés émergents. Selon certaines estimations, 88% de la population mondiale vivra dans les pays en voie de développement en 2016. C’est, en effet, le thème choisi par le portail immobilier mondial Lamudi, qui opère exclusivement dans les marchés émergents, dans une récente analyse pour explorer les facteurs clés qui contribuent à la réussite d’une entreprise dans ces pays faisant ressortir, ainsi, que globalement la croissance devrait être trois fois supérieure à celle des marchés développés entre 2013 et 2020.
«Selon les données d'Euromonitor International, les économies émergentes devraient croître trois fois plus vite que les économies développées entre 2013 et 2020, créant 65% de la croissance économique mondiale en moyenne», indique le rapport précisant que bien que tous les marchés émergents ne se développent pas au même rythme, la production économique globale de ce groupe augmente tous les ans.
Et d’ajouter que si beaucoup mettent les pays d'un même continent ou de la même région dans le même panier, il existe, néanmoins, de grandes différences d'un pays à l'autre, indépendamment de leur proximité.
«Du taux de pénétration d'Internet au développement des infrastructures, de la culture locale ou des lois fiscales, chaque pays émergent doit être abordé différemment, avec une stratégie qui lui est propre», fait savoir Lamudi citant l’exemple notamment de l'Ethiopie ou du Kenya, et ce malgré leur proximité, au second trimestre de 2014.
Par ailleurs, le portail professionnel avait également exploré précédemment l'impact de la vie urbaine sur les pays les moins développés se demandant, dans ce sillage, si l’urbanisation affecte la durabilité de la croissance dans les marchés émergents.
«Selon les Nations-unies, l'Afrique et l'Asie s’urbanisent plus rapidement que toute autre région et d’après leurs prévisions, les deux continents atteindront respectivement 56% et 64% de zones urbanisées d’ici  2050», a mis en exergue le portail soulignant que la croissance rapide de la population a conduit à l’extension  des zones urbaines.
Et de soulever que les villes doivent, par conséquent, s'adapter à une demande accrue de logements de haute qualité, d’espaces commerciaux et industriels à des prix abordables, tout en procédant en parallèle au développement d’infrastructures.
Et ce n’est pas tout. L’analyse souligne  également que comme les marchés émergents s’urbanisent, les villes deviennent de plus en plus peuplées par de jeunes travailleurs instruits. «Cette tranche de la population est plus affluente et dotée d’un revenu disponible en croissance, ayant migré de zones rurales aux villes», rapporte-t-on notant que cela augmente considérablement donc leur pouvoir d’achat et entraîne ainsi une pression croissante sur le logement, les infrastructures et le développement industriel.
Et de poursuivre que les classes moyennes croissantes dans de nombreux marchés émergents contribuent à ce changement urbain. «Comme le revenu augmente, une quantité plus importante des dépenses est consacrée à des services de haute qualité, y compris le logement de luxe», a-t-on précisé avant de noter qu’avec l'augmentation de la puissance économique, cette tranche de la population requiert un haut niveau de qualité, des développements à usage mixte, pour répondre à leurs besoins commerciaux, résidentiels et commerciaux.
Alors que l'urbanisation a, jusque-là, été rapide, conclut-on, il s’agit seulement du commencement pour les marchés émergents relevant que le développement des transports, de l’eau, de l'approvisionnement et de la technologie de l'énergie continuera ainsi d'attirer les résidents et les investisseurs vers les villes à travers l'Asie et l'Afrique.
A ce titre, Kian Moini, cofondateur et DG du portail Lamudi a déclaré que «L'Afrique devrait connaître un taux rapide d'urbanisation, avec une augmentation de 16% de sa population urbaine d'ici 2020.
Et en Asie, les statistiques montrent que près de 200 millions de personnes se sont déplacées à l’intérieur des villes entre 2000 et 2010». Il estime ainsi que ce genre de croissance génère des possibilités d'expansion pour le continent avec la création de nouveaux emplois et le développement de l'amélioration des infrastructures ainsi que des options de logements plus abordables...

M.Be
Mardi 11 Août 2015

Lu 900 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs