Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les manœuvres militaires américano-coréennes menacent d'exacerber les tensions

La Corée du Nord a maintes fois réclamé l'arrêt des exercices à grande échelle entre les deux alliés




Après les menaces réciproques de déflagration nucléaire échangées par la Corée du Nord et les Etats-Unis, la planète aura à partir de lundi les yeux rivés sur les manœuvres militaires annuelles de Washington et Séoul en Corée du Sud, qui pourraient encore exacerber la crise, préviennent des analystes.
Pyongyang a testé deux missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) en juillet, qui semblent mettre à sa portée une bonne partie du continent américain. En réaction, le président américain Donald Trump a menacé de déchaîner "le feu et la colère" sur le Nord.
Ce à quoi Pyongyang a répliqué en promettant de tirer une salve de missiles à proximité du territoire américain de Guam, dans le Pacifique. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a mis ce projet sur pause cette semaine, mais prévenu que sa mise à exécution ne dépendait que du comportement de Washington.
La réaction de la Corée du Nord à l'exercice militaire conjoint dit "Ulchi Freedom Guardian" (UFG) qui commence lundi sera donc essentielle. Ces manœuvres ­­­annuelles, qui tiennent leur nom d'un général qui défendit un ancien royaume coréen face à l'envahisseur chinois, verront 50.000 soldats sud-coréens et 25.000 militaires américains s'entraîner à protéger la Corée du Sud contre une attaque nord-coréenne.
Aux yeux de Pyongyang, ces exercices sont la répétition provocante de l'invasion de son propre territoire. Chaque année, il brandit la menace de représailles militaires. Le projet de tirs vers Guam, avant-poste stratégique de l'armée américaine sur la route de l'Asie, redeviendra d'actualité si les Etats-Unis "persistent dans leurs actions irresponsables et dangereuses", a prévenu Kim Jong-Un.
Et les analystes craignent que ces manœuvres ne mettent le feu aux poudres. La Corée du Nord a maintes fois réclamé l'arrêt des exercices à grande échelle entre les deux alliés, proposant en échange un gel de ses programmes nucléaire et balistique. Au début des années 1990, Séoul et Washington avaient accepté d'annuler des manœuvres baptisées "Team Spirit", contre le feu vert de Pyongyang à l'inspection de ses installations nucléaires secrètes. Mais le Nord avait ensuite repris son programme nucléaire.
Les alliés pourraient faire un geste envers Pyongyang en s'abstenant d'utiliser des équipements stratégiques de l'armée américaine comme les bombardiers furtifs ou les porte-avions, explique Koo Kab-Woo, professeur à l'Université des études nord-coréennes de Séoul.
Les bombardiers supersoniques B-1B de la base aérienne Andersen américaine, sur l'île de Guam, survolent régulièrement la péninsule coréenne à l'occasion d'exercices conjoints, ou pour faire la démonstration "de la gamme complète des capacités militaires" de Washington. Cela ne manque jamais de susciter la fureur de Pyongyang.
Quand Kim Jong-Un a annoncé le report du projet sur Guam, il a exigé que Washington cesse ses "provocations arrogantes", évoquant "les équipements nucléaires stratégiques énormes" en train d'être déployés dans la région.

Samedi 19 Août 2017

Lu 912 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs