Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les manifestations se suivent et se ressemblent : Au quartier des Orangers, le siège du PJD est une cour des miracles




Les manifestations se suivent et se ressemblent : Au quartier des Orangers, le siège du PJD est une cour des miracles
Jour ordinaire ce jeudi 16 février dans le quartier des Orangers à Rabat. Rien ou presque n’a changé dans ce quartier de la classe moyenne où villas datant du Protectorat côtoient écoles et lycées. Rien n’a changé si ce n’est que les Orangers ont  désormais un habitant illustre. Et c’est le gardien de parking qui tient à l’annoncer fièrement à tout automobiliste qui stationne. «C’est ici qu’habite Abdelilah Benkirane. Voici sa maison», nous dit-il en montrant une jolie villa cossue faisant le coin. La maison, à étage, est simple et ressemble à toutes celles du quartier. «On lui a installé une guérite pour la sécurité. Il n’en voulait pas. Il vient à peine d’accepter», croit savoir le gardien de parking, l’homme le mieux informé des Orangers. «Tous les jours, les manifestants passent par là, après avoir manifesté devant le Parlement. Que voulez-vous qu’il fasse ? Il ne peut pas trouver un emploi à tout le monde ! », poursuit-il.
A un jet de pierres de la maison du chef de gouvernement, il faut tourner à droite pour se rendre au siège du Parti justice et développement. Enfin, les deux sièges du parti des islamistes.  Au bout de la rue, et bien après le lycée Omar Al Khayam, le nouveau siège de cette formation politique, vainqueur des élections du 25 novembre dernier, se dresse fièrement. Le PJD est au pouvoir, et cela se voit.  Une grande plaque aux lettres géantes et multicolores indique que nous sommes bien au siège central du parti de la lampe. Aladin en a visiblement surgi et tout a changé. Les islamistes sont aujourd’hui au pouvoir…
Au fond de la rue, on ne peut pas rater le siège de la famille politique d’Abdelilah Benkirane. C’est une villa imposante. Une estafette des forces de l’ordre est stationnée à proximité. Des éléments des forces de l’ordre sont debout devant la porte du parti pour empêcher toute entrée « inattendue ».  Impossible d’accéder au siège par la porte principale. Il faut passer par derrière. Une petite porte s’entrouvre à peine pour vérifier qui est le visiteur.  Benkirane et les siens affirment ne pas avoir changé. Les exigences sécuritaires les ont pourtant rattrapés.
«Où est le parti
de Benkirane ?
Depuis  le trottoir d’en face  des inspecteurs en civil font désormais partie du paysage. Depuis que le PJD est aux commandes du pouvoir et que son leader chef de l’Exécutif, cette rue, avant paisible, a des allures de cour des miracles. Manifestations et sit-in se tiennent désormais ici, devant le siège du parti des islamistes.  « Et c’est tous les jours comme ça », témoigne une habitante du quartier.
Aujourd’hui, ce sont les diplômés chômeurs qui manifestent. Ils sont une poignée et réclament un emploi dans la Fonction publique. Des slogans sont scandés. Ils n’ont pas pris une ride : ce sont les mêmes que ceux qui s’adressaient à Abbas El  Fassi, le prédécesseur de Benkirane.
Des femmes ont pris place sur le trottoir, s’abritent du soleil et du vent comme elles peuvent. Elles sont en pleine conversation. Visiblement ce sont des habituées. Pour tuer le temps, elles discutent. Une heure plus tard, et au signal de l’une d’entre elles, elles revêtent des gilets noirs. C’est le groupe 40 des diplômés au chômage qui réclame des emplois directs dans l’administration. C'est-à-dire sans concours ni procédure. « Autant dire des rentes », soupire un passant…
Dans ce brouhaha, un vieil homme en djellaba blanche et turban sur la tête traverse la rue d’un pas décidé. Il est accompagné d’une vieille dame à la canne. « Où est le parti de Benkirane ? » demande-t-il à la foule. Une lettre à la main, il s’adresse aux policiers en faction devant la porte du siège du PJD et leur explique son propos. Gentiment, on lui indique la petite porte de derrière. Il s’y rend. Il doit, dit-il, régler son problème, et il n’y a que Benkirane qui pourra le faire.  Il disparaît derrière les murs du siège.  Il a remis sa lettre au bureau d’ordre, nous expliquera-t-il plus tard.
Tout à l’heure, les familles des détenus salafistes sont elles aussi attendues. Une manifestation pour appeler à la libération des leurs est prévue devant les locaux du PJD. De l’autre côté de la barrière, les sit-in et manifestations ont très probablement un goût différent  pour les islamistes du PJD…

Reportage réalisé par Narjis Rerhaye
Vendredi 17 Février 2012

Lu 1170 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs