Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les manifestations se poursuivent en Grèce les policiers s’en prennent aux médias




Un photographe de presse grec devait  être opéré vendredi pour des blessures crâniennes après avoir été frappé par des policiers en marge d’une manifestation jeudi soir à Athènes, au lendemain d’une première agression policière contre deux journalistes, a indiqué une source policière.
L’Union des photo-reporters de Grèce, dont la victime, Manos Lolos, 46 ans, est le président, a dénoncé cette agression, jugeant qu’elle s’inscrit dans «des agressions répétées et systématiques (...) visant à intimider les représentants des médias» et «dirigées contre la liberté de la presse».  La police a annoncé l’ouverture d’une enquête interne sur l’affaire, après celle ouverte jeudi à la suite de brutalités policières contre deux journalistes télévisés.
Selon une photographe de l’AFP, l’incident s’est produit à la fin d’une brève manifestation de quelques centaines de personnes en hommage au retraité grec qui s’était suicidé mercredi matin sur la place centrale de Syntagma en invoquant la crise économique traversée par le pays.
«Après avoir chargé pour disperser les manifestants, un groupe de membres des forces anti-émeutes a isolé notre groupe d’une vingtaine de personnes, composé à 80% de photographes, cameramen et journalistes, ils nous ont coincés près d’une bouche de métro, j’ai eu peur de tomber, je n’ai pas vu de policiers frapper Lolos mais je l’ai entendu leur crier d’arrêter, puis les forces de l’ordre se sont éloignées et le calme est revenu», a raconté cette photographe.
«Personne ne portait de casque car la situation était calme», a-t-elle précisé.
M. Lolos s’est directement rendu après cet incident dans un hôpital athénien, où une opération a été jugée nécessaire, a précisé la source policière.
Mercredi soir, les deux journalistes télés avaient également été malmenés à l’issue d’un rassemblement sur les lieux de ce suicide, mais émaillé cette fois d’échauffourées.
Les brutalités policières contre les journalistes sont récurrentes ces derniers mois en Grèce, au point que l’ONG Reporters sans frontières a récemment protesté contre un comportement «inacceptable». De nombreuses organisations de défense des droits de l’Homme, dont Amnesty international, dénoncent par ailleurs depuis des années la fréquence des bavures policières et l’impunité dont jouissent leurs auteurs.

Libé
Samedi 7 Avril 2012

Lu 277 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs