Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les lundis d’A. Bissani : Cosmopolitisme et frontières




Les lundis d’A. Bissani : Cosmopolitisme et frontières
Le cosmopolitisme est mis à l’épreuve aujourd’hui plus que jamais.  En effet, la conjoncture mondiale actuelle impose aux cosmopolites (citoyens du monde) de modeler leur identité hybride selon les anomalies, combien tragiques, des théoriciens de la xénophobie.
Le refus de l’autre, de l’étranger constitue de plus en plus un nouveau mal du siècle. Ce mauvais tournant ne cesse de se cautionner par les pédagogues des idéologies de l’exclusion et de la mort.
Dans son essence, le cosmopolitisme traduit un besoin humain, trop humain qu’est la rencontre interculturelle. Il fonde sa logique sur le dialogue et l’échange que permet et promet justement l’épreuve de l’étranger. L’étranger nourrit et enrichit l’expérience d’être dans le monde. Sans cette trace de l’étranger, l’expérience humaine passera pour nulle et non avenue.
L’éloge du cosmopolitisme, si éloge il y a, revient à dire aussi l’éloge des frontières. Si « L’éloge du cosmopolitisme » (Guy Scarpetta) trouve son fondement théorique et pratique dans la critique acerbe du repli identitaire et du nationalisme trop réducteur de l’expérience existentielle de l’homme, l’ « Eloge des frontières » (Régis Debray), quant à lui, précise que l’altérité ne commence que lorsque les frontières sont bel et bien établies, c'est-à-dire que la connaissance de l’existence de l’autre se base essentiellement sur la reconnaissance de ses frontières.
 Les frontières géographiques demeurent fort capitales, c’est clair, alors que les frontières culturelles posent énormément de problèmes quant au devenir de l’humanité. Notre pensée est que le dialogue religieux fonde le sens de la Religion, le dialogue politique fonde le sens de la Politique, le dialogue économique fonde le sens de l’Economie, etc.
Bien qu’elles soient toujours installées (ce qui est sine qua non), les frontières sont tout de même abolies eu égard à l’essor de la technologie (Internet).
Le monde réel crée des limites vis-à-vis des citoyens du monde, le monde virtuel, lui, les défait complètement. La quête d’aujourd’hui s’avère être un vivre-ensemble qui, au-delà de toutes frontières, saura réhabiliter le sens du cosmopolitisme. Dans cette quête inlassable de l’humain par l’humain, les frontières brossent à grands traits l’aventure de l’altérité, le cosmopolite en rêve. Rêve humain éternel, le cosmopolitisme est engagement, la frontière en est le déclic…

Libé
Lundi 30 Septembre 2013

Lu 599 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs