Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les limites de la géo-ingénierie montrées du doigt




La géo-ingénierie, manipulation délibérée du climat, pourrait permettre aux pays de réduire les effets du réchauffement climatique. D'un autre côté, la mise en place de systèmes réellement efficaces et adaptés n'est pas pour tout de suite. Pire, certains pays pourraient même souffrir davantage des effets climatiques si de telles solutions voyaient le jour.
La géo-ingénierie est une science qui a pour objectif d'intervenir directement sur les problèmes comme la capture des gaz à effet de serre ou la propagation des gaz aérosols, notamment en augmentant la capacité de réflexion de l'atmosphère. Cette capacité est désignée par SRM pour "Solar Radiation Management".
Le problème est que les études effectuées ne prenaient absolument pas en compte l'impact régional d'une telle intervention. En effet, il est indispensable de savoir à quel pays s'adresse telle ou telle solution puisque, qu'il s'agisse de l'Inde ou de la Chine, l'augmentation de la consommation est radicalement différente.
Les études montrent que la modification de la composition de l'atmosphère, qui aboutirait au maintien d'un climat identique en Chine et en Inde, pourrait être obtenue en 2070. Cependant, les scientifiques doivent avant tout connaître le milieu sur lequel ils vont interagir au risque de bouleverser tout un système aussi bien écologique qu'économique (la mousson par exemple).
Pour Govindaswamy Bala, professeur à l'Institut indien des sciences (IISc Bangalore), les hypothèses émises quant aux modifications du climat sont trop floues pour qu'un scénario de géo-ingénierie précis soit établi. Il estime que d'autres modélisations doivent voir le jour afin d'obtenir une vision la plus large possible sur l'avenir.
Fin octobre à Nagoya, les participants à la Convention internationale sur la biodiversité ont inclus dans leur accord un moratoire sur la géo-ingénierie jusqu'à ce que les recherches scientifiques déterminent quelles sont les véritables conséquences sur la planète, selon la revue Nature. Ce moratoire, qui devrait prendre effet en 2012, n'est cependant pas contraignant.

Libé
Samedi 20 Novembre 2010

Lu 459 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs