Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les lieux de mémoire, grands oubliés du Plan de développement stratégique de Casablanca

Le revers de la médaille d’un document qui présente beau




Les lieux de mémoire, grands oubliés du Plan de développement stratégique de Casablanca
33,6 milliards de DH, c’est la coquette somme réservée à une série de projets en faveur de la capitale économique.
Le Grand Casablanca se verra ainsi offrir un Plan de développement stratégique s’étalant sur une durée entre 2015 et 2020 en bonne et due forme.
En effet, c’est ce qui a été annoncé par le wali de la région et gouverneur de la préfecture de Casa-Anfa, Khalid Safir et le maire de la métropole, Mohamed Sajid, cette semaine lors d’une présentation de ce plan sexennal aux médias.
De manière globale, ce dernier devra s’atteler, entre autres, à œuvrer pour la réconciliation de la ville avec ses habitants, l’optimisation de la mobilité des Casablancaises et Casablancais ainsi que celle des visiteurs (en termes de temps d’attente et de déplacement que de coût et de qualité), le développement d’une offre de divertissement (différenciée et réelle) et the last but not the least l’animation.
A cette occasion et s’agissant de ce quatrième volet, des détails qui ont trait principalement au fait d’ancrer le positionnement de la région en tant que destination nationale et internationale de shopping et de loisirs, et de hub M.I.C.E (Meetings, Incentive, Convention & Events) ont été fournis.
Dans ce cadre, il est prévu, d’injecter une enveloppe globale de 1,6 milliard de DH pour la réalisation d’un village de sport, la mise à niveau du Complexe Mohammed V, la réhabilitation du littoral, de la forêt Marchich et du Zoo d’Aïn Sebaâ, ainsi que la mise en valeur du patrimoine urbanistique et architectural de la ville de Casablanca.
Bien évidemment, une bonne partie des Casablancais se réjouit, d’ores et déjà, avec le changement quasi radical de la capitale économique à travers un tramway, un Mall (qui est le 20ème plus grand centre commercial du monde, le plus grand de toute la Méditerranée -incluant l'Europe- et le 1er plus grand d'Afrique), un grand resort et prochainement le démarrage effectif de Casa Finance City (CFC occupe la deuxième place en Afrique dans le classement (Global Financial Centres Index) des centres financiers mondiaux)…Et la liste est loin d’être exhaustive des atouts dont se targue actuellement Casablanca.
Quoiqu’on ne puisse parler d’avantages sans penser aux différents inconvénients et impairs enregistrés, deçà delà. En effet, le plan de développement stratégique de Casablanca (2015-2020) est bien beau, sont tentés de dire certains habitants de la capitale économique toutefois en ajoutant que la médaille a aussi son revers.
En fait, ils restent perplexes et des interrogations fusent: que compte faire le Plan avec un nombre par trop grandissant de citoyens au niveau du Grand Casablanca qui compte déjà des millions eu égard à l’affluence massive urbaine et la tendance risque d’aller en s’accentuant?
Que faire avec la pollution qui va en augmentant avec un parc automobile qui ne cesse de croître dans cette charmante agglomération ? Pourquoi la restauration tant espérée de l’hôtel Lincoln et de nombre de lieux de mémoire réputés ne figure-t-elle pas parmi les priorités de ce Plan à l’instar également de certains complexes laissés à l’abandon dont plusieurs endroits ressemblant à des décharges et pourquoi rien n’est entrepris pour remédier à une situation nauséabonde ?
Pour ces amoureux de la ville qui tiennent finalement mordicus à sa survie, le tir est à rectifier… Quoi qu’il en soit, M. Safir, passant en revue les axes dudit Plan, lancé par S.M le Roi Mohammed VI, le 26 septembre 2014, a tenu à souligner qu’il s’agit là d’un outil idoine à même d'assurer le développement de cette métropole sur différents plans, à travers la mise en œuvre d'une série de projets ambitieux...
Selon le wali, les citoyens seront associés en tant que force de proposition, dans le cadre du levier de développement de la bonne gouvernance et du cadre juridique, à la mise en œuvre des chantiers de ce plan de développement, à travers les instances élues et la société civile. Le la est ainsi donné.

Meyssoune Belmaza
Vendredi 26 Décembre 2014

Lu 974 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs