Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les langues papoues s'évanouissent sans faire de bruit




Qui parlera l'iniai, le faiwol, le moskona ou le wahgi en 2050? Probablement plus personne sur l'île de la Nouvelle-Guinée, principal réservoir linguistique de la planète, où les langues disparaissent dans une quasi indifférence.
Lorsqu'il se rend dans un village, Yoseph Wally tend toujours l'oreille, curieux de comprendre dans quelle langue se parlent les habitants.
"C'est de plus en plus souvent en indonésien. Seuls les plus âgés s'expriment encore dans la langue ou le dialecte local", se désole l'anthropologue de l'université Cendrawasi de Jayapura.
Il lui arrive même d'apprendre, dans tel village, que plus personne n'est capable de comprendre le sens de tel mot traditionnel. "Certaines langues ont disparu très rapidement, comme le muris, qui était encore parlé il y a une quinzaine d'années dans une région côtière", témoigne-t-il.
Ce processus est irrémédiable à cause de l'extrême morcellement du paysage linguistique de la Nouvelle-Guinée, qui compte environ un millier de langues et dialectes, dont 800 en Papouasie Nouvelle Guinée (PNG) et plus de 200 en Papouasie indonésienne.
La plupart des langues papoues sont parlées par moins de 1.000 locuteurs, souvent au sein d'un village ou groupe de hameaux. La plus utilisée est l'enga, avec quelque 200.000 locuteurs sur les hauts plateaux du centre de la PNG, suivie par le melpa ou le huli.
"A chaque fois qu'un habitant meurt, c'est un peu d'une langue qui disparaît car seuls les plus âgés l'utilisent encore", souligne Nico, curateur du musée de l'université Cendrawasi.
Car, "dans les villes mais aussi au fin fond de la forêt, l'indonésien est devenu la première langue chez les moins de 40 ans. La langue traditionnelle est réservée aux célébrations, aux fêtes communes", témoigne Habel M. Suwae, le régent du district de Jayapura.
En PNG, sous l'influence de l'Australie voisine, c'est l'anglais qui s'est imposé même s'il pénètre encore difficilement dans certaines tribus, en particulier sur les hauts plateaux isolés.
Les pouvoirs publics sont parfois accusés de rester inactifs, voire de favoriser la langue officielle afin de mieux assimiler les populations, en particulier en Papouasie indonésienne.
Mais, pour Hari Untoro Dradjat, conseiller auprès du ministre indonésien de la Culture, quelles que soient les initiatives lancées pour introduire l'enseignement des langues traditionnelles dans les écoles, "il est quasiment impossible de conserver une langue si elle n'est plus parlée dans la vie courante".
Volontariste malgré son pessimisme quant à l'avenir, l'anthropologue Yoseph Wally estime que "seuls l'art et la culture sont susceptibles d'empêcher les langues papoues de tomber dans l'oubli".
Comme les Papous aiment chanter et faire la fête, ils doivent "le faire dans leur langue", soutient-il. Ainsi, les jeunes "voudront la découvrir en cherchant à comprendre le sens des chansons".
A défaut de sauver les langues en voie d'extinction, les chercheurs veulent en conserver une trace, une tâche difficile alors que la plupart d'entre elles sont uniquement orales.
L'université d'Oxford a ainsi lancé une course contre la montre pour enregistrer Emma, 85 ans, Enos, 60 ans, et Anna, 60 ans, les trois derniers Papous capables de s'exprimer en langue Dusner.
Avant cette dernière, plus de 200 langues se sont éteintes au cours des trois dernières générations dans le monde. 2.500 autres sont menacées sur un total de plus de 6.000, selon l'Atlas des langues en danger de l'Unesco.
 

Libé
Samedi 6 Août 2011

Lu 357 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs