Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les journalistes ont-ils une déontologie?




Les journalistes ont-ils une déontologie?
La déontologie est à la mode dans de nombreux milieux professionnels. Mais, au-delà des discours, a-t-elle transformé les pratiques ? L'exemple du journalisme montre qu'il y a loin de la coupe aux lèvres.
Coachs, généalogistes, bibliothécaires, professions des musées... Il n'est guère de métiers qui, à travers leurs syndicats ou leurs associations, n'aient aujourd'hui édicté leur propre « code de déontologie », affichant les quelques grands principes que les professionnels s'engagent à respecter dans le cadre de leur activité. On sait cependant peu de chose sur cette « mode » de la déontologie, que ce soit sur son étendue (tous les champs professionnels sont-ils touchés et à quel degré ?) ou sur ses raisons : augmentation des litiges avec le public, appelant une régulation interne ? Stratégie commerciale visant à afficher le sérieux des prestations fournies ? Nécessité de marquer la spécificité d'un métier, en se démarquant ainsi d'éventuels charlatans ?
Toujours est-il que ce mouvement est profondément ambigu, car les codes ainsi élaborés n'ont souvent de déontologique que le nom. La spécificité de la déontologie, au sens strict, ne tient pas au fait de traduire en devoirs professionnels des « valeurs morales à vocation universelle » (probité, honneur, désintéressement...), ce que l'on retrouve aussi dans l'éthique professionnelle. Elle tient au mode de sanction des manquements constatés, qui est le fait d'« instances reconnues au sein des groupements professionnels (...). La sanction de la règle déontologique est donc un acte de contrainte socialement organisé, c'est-à-dire déterminé de façon précise, et dirigé envers le contrevenant selon une certaine procédure, par une instance spécialisée à qui a été confié ce pouvoir». Or ces instances n'existent pour ainsi dire jamais, en dehors de quelques professions libérales, historiquement organisées autour d'un ordre (médecins et spécialistes de la santé, avocats, architectes...) ayant un pouvoir de sanction pouvant aller jusqu'à la radiation. Cette forme d'autorégulation y est rendue possible par le fait que ce sont des professions « fermées », dans le sens où il faut un diplôme et donc une compétence spécifique pour l'exercer : ne peut être médecin que celui qui a suivi des études de médecine. Celui qui se prétend médecin sans en posséder le titre peut être poursuivi pour « exercice illégal ».
Une profession autorégulée ?
En France, le cas du journalisme illustre parfaitement cette ambiguïté. Voilà en effet un métier devenu central dans nos sociétés, sur lequel pèsent de nombreuses exigences morales (véracité de l'information, impartialité, distance critique, absence de collusions...), mais qui a toujours affiché très haut la volonté de s'autoréguler, c'est-à-dire surtout la volonté de ne laisser aucune instance ou autorité extérieure (public, justice) mettre son nez dans les questions de déontologie professionnelle. Ils sont nombreux à penser, comme Albert Du Roy, que « s'il faut un contre-pouvoir au pouvoir de l'information, c'est en son sein qu'il doit s'exercer». Laissant donc supposer que la profession a su, à l'instar des professions libérales, se donner les moyens de cet autocontrôle. Or il n'en est rien : il n'existe actuellement en France aucun mécanisme interne permettant de sanctionner, ou simplement de débattre, des fautes professionnelles des journalistes. Ces derniers n'offrent donc pas plus de garanties de probité qu'un coach ou qu'un généalogiste.
Pourtant, les journalistes prêtent volontiers un rôle de garant moral à une instance il est vrai spécifique : la Commission de la carte d'identité des journalistes professionnels (CCIJP). Créée en 1935 par la loi Blachard, qui instituait un véritable statut du journaliste, la CCIJP délivre la fameuse carte de presse, qui atteste que son titulaire est journaliste selon les termes de la loi. Mais à aucun moment cette commission ne tient compte de critères déontologiques pour délivrer le sésame (qui n'est d'ailleurs pas obligatoire), puisqu'elle ne s'attache qu'à la situation matérielle du candidat, en partant de la définition tautologique de la loi : « Le journaliste professionnel est celui qui a pour occupation principale, régulière et rétribuée l'exercice de sa profession dans une ou plusieurs publications quotidiennes ou périodiques ou dans une ou plusieurs agences de presse et qui en tire le principal de ses ressources. » Autrement dit, est journaliste celui... qui exerce ce métier.
En fait, l'histoire du journalisme français est marquée par ce balancement entre la revendication d'une autonomie morale, jointe à la volonté de « fermeture » de la profession, et le constat de son irréductible ouverture. Si en juillet 1918, l'une des premières réalisations du tout nouveau Syndicat national des journalistes (SNJ, le premier en son genre) est une «Charte des devoirs professionnels des journalistes français », c'est avant tout pour défendre les intérêts des journalistes de métier contre les journalistes d'occasion qui leur volent le travail : écrivains, fonctionnaires, professeurs, ou encore parlementaires qui, ayant un accès privilégié au front durant la Première Guerre mondiale, se transforment en reporters. Au sein de cette charte (qui, après avoir été révisée en 1938, reste le principal texte de référence même s'il n'a aucune valeur juridique) «cohabitent quelques principes professionnels, ainsi que des principes moraux, que sont principalement : la responsabilité, la probité, la loyauté vis-à-vis des confrères». Comme le note Jacques Le Bohec, se glissent déjà dans ce texte des ambiguïtés : la formule « un journaliste, digne de ce nom » qui précède l'énoncé des devoirs « suggère que l'on peut rester journaliste, même quand est indigne de ce nom... ». De même, la charte interdit de signer de son nom « des articles de réclame financière ou commerciale », ce qui n'empêche pas de les signer en usant d'un pseudonyme !
  Le SNJ ambitionnait dès ses débuts de jouer « un rôle analogue à celui du Conseil de l'Ordre des avocats ». La charte pose d'ailleurs que « le journaliste digne de ce nom (...) ne reconnaît que la juridiction de ses pairs, souveraine en matière d'honneur professionnel ». Le SNJ militera pour cela pendant tout l'entre-deux-guerres, d'autant que pullulent les « indignes », c'est-à-dire « ceux qui jettent l'opprobre sur toute la profession par leur manque de déontologie et leur implication dans de multiples scandales (emprunts russes, affaire Stavisky...)». Emile Blachard, rapporteur de la loi sur le statut des journalistes de 1935, avancera que « l'établissement de la carte d'identité aidera puissamment à l'organisation méthodique d'une profession longtemps demeurée dans l'anarchie. Les intérêts moraux y vont de pair avec les intérêts matériels ». Le 12 janvier 1936, après la parution des décrets instituant la carte de presse, Le Journaliste, organe du SNJ, expliquait : « La carte professionnelle, c'est le droit permanent de regard de la profession sur elle-même, c'est le contrôle du journalisme par les journalistes (...). Ordre des journalistes, cela veut dire honnêteté, discipline, contrôle, vertu professionnelle. C'est ainsi que nous l'entendons. Eh bien ! Vous avez la carte, l'ordre des journalistes est créé.»
Constat pour le moins abusif, on l'a vu, mais qui souligne combien, soixante-dix ans après, « la carte professionnelle (...) fonctionne comme un attribut symbolique capable de déterminer les frontières là où le législateur ne les aurait pas imaginées. (Elle) sert un mythe fortement ancré dans l'esprit du public et même des journalistes qu'il existe une structure fiable et garante de la qualité et de l'intégrité des journalistes» par la sélection qu'elle opérerait à l'entrée. De fait, le projet d'une instance de vigilance déontologique a été largement abandonné et, globalement, la profession, toujours aussi sûre d'elle, semble désormais s'en remettre soit à la seule conscience individuelle (le journaliste conscient de ses devoirs), soit à la critique interne (les journalistes veillent entre eux au respect de la déontologie), soit à des règlements locaux, propres à chaque rédaction. Et ce malgré les mutations qu'a connues le monde des médias. Malgré également la multiplication des polémiques sur le travail journalistique : suivisme et manque de discernement (le faux charnier de Timisoara en 1989 ou, plus récemment la fausse agression antisémite du RER D), manque d'indépendance et de distance critique (la première guerre du Golfe), sensationnalisme (la mort de Lady Di)...
Si elles ne sont pas nécessairement vaines, toutes ces modalités présentent leurs limites. Selon J. Le Bohec, le « recours à la conscience comme solution aux problèmes déontologiques se fonde sur deux présupposés ». L'un, c'est que « les journalistes seraient "par nature" les mieux placés pour analyser les choses qui leur arrivent ». L'autre, c'est qu'« il suffirait de s'y appesantir tout en battant sa coulpe pour échapper miraculeusement aux déterminismes (...). Cette manière de se justifier constitue une sorte de chantage assez simpliste : estimer que la prise de conscience ne suffit pas pour suspendre les contraintes risque d'être interprété comme une mise en cause de la sincérité, de la bonne foi, du journaliste».
Une déontologie vaporeuse
Annick Puerto souligne, elle, que dans une profession où les conditions de travail sont de plus en plus intenses, le recours à la morale personnelle conduit souvent les plus précaires à la culpabilisation individuelle. Elle cite ainsi Julien, pigiste : «Pour des témoignages sur le surendettement, les gens, je les ai pressés comme des citrons et après je suis parti, ils n'ont plus entendu parler de moi (...). J'avais deux jours de tournage, voyage compris (...), moi j'étais mal. »
La critique interne est certes intense et indispensable. Néanmoins son aspect rituel (« Faut-il brûler les journalistes ? »), et l'absence de changement véritable des pratiques interrogent. Pour J. Le Bohec, l'autocritique a avant tout pour fonction de construire « à l'occasion de ces luttes symboliques (...) une frontière entre les débatteurs autorisés et les autres ». Là encore, « l'exclusion de tout point de vue extérieur est aussi et surtout une façon de tracer une frontière entre un dedans et un dehors malgré le flou des limites du journalisme en France».
Enfin, certaines rédactions se sont effectivement dotées de chartes spécifiques, parfois ambitieuses (seul le quotidien Le Monde a publié la sienne). Elles restent néanmoins peu nombreuses, et l'on ne sait rien de leur efficacité « en l'absence de corpus répressif et d'organisme de contrôle ou de discipline ».
Résultat quelque peu paradoxal de cette déontologie vaporeuse : en France plus qu'ailleurs, c'est le législateur qui s'est chargé d'édicter les règles de bonnes conduites journalistiques. Le droit de réponse et de rectification, qui dans la plupart des démocraties est laissé à la déontologie privée des journaux, est en France régi par la loi de 1881 sur la liberté de la presse. Idem pour le négationnisme (loi Gayssot, 1990) ou encore le respect des personnes menottées (dans le cadre de procédures judiciaires) ou victimes d'attentats (loi Guigou, 2000). Ce qui ne manque généralement pas de susciter l'ire des journalistes, qui voient souvent dans ces interventions législatives des entraves injustifiables à la liberté de la presse...
Pourtant, ce ne sont pas les expériences et les idées qui manquent, et qui permettraient aux médias d'assumer une forme d'autorégulation sans en passer nécessairement par une instance disciplinaire. Ces M*A*R*S* (moyens d'assurer la responsabilité sociale des médias), comme les appelle Claude-Jean Bertrand, sont nombreux à avoir été expérimentés... à l'étranger. L'un des plus répandus est le conseil de presse, sorte de tribunal d'honneur composé de membres du public, de journalistes et de représentants d'entreprises de presse, qui recueille les plaintes adressées aux médias et rend des avis. Autre M*A*R*S* : le médiateur, qui a commencé à se mettre en place dans certains médias français (Le Monde et France 2 notamment). Mais on pourrait aussi citer les journalism reviews (revues critiques), les commissions d'évaluation des contenus, les sociétés de lecteurs, les observatoires des médias ... Bref, c'est bien l'ambition qui manque, et non les moyens.

Xavier Molénat
Lundi 12 Septembre 2011

Lu 321 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs