Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les jihadistes de l’EIIL s’attaquent à la principale raffinerie d’Irak

L’Iran et l’Arabie saoudite préoccupés par cette grave situation de guerre donnent de la voix




Les jihadistes de l’EIIL s’attaquent à la principale raffinerie d’Irak
Des combattants jihadistes ont lancé mercredi un assaut contre la principale raffinerie de pétrole en Irak, intensifiant leur offensive dans ce pays dont ils contrôlent désormais de larges territoires. Le voisin saoudien met en garde contre une "guerre civile" et accuse Maliki d'avoir conduit l'Irak au bord du gouffre par sa politique d'exclusion des sunnites. De l'autre côté de la frontière irakienne, l'Iran affirme qu'il "fera tout" pour protéger les lieux saints de l'islam chiite en Irak face à la guerre lancée par les jihadistes sunnites de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), désormais à une soixantaine de km de Bagdad.
Les Etats-Unis, qui s'étaient engagés militairement en Irak pendant huit ans, ont dit examiner "chaque option" pour aider l'allié irakien, dont des frappes aériennes. L'ONU, quant à elle, qualifie l'offensive jihadiste de "menace vitale pour l'Irak" et de "grave danger pour la région".
Alors que le pays était meurtri par les attentats et miné par les divisions confessionnelles avant le début de l'offensive jihadiste le 9 juin, les autorités ont cherché mardi à montrer un visage uni, responsables sunnites et chiites affirmant vouloir poursuivre le dialogue et préserver l'unité du pays.
Sur le terrain donc, à l'aube, des combattants jihadistes ont lancé un assaut contre la principale raffinerie de pétrole située à Baïji, à 200 km au nord de Bagdad, selon des responsables. Ils ont réussi à pénétrer dans la raffinerie et les forces de sécurité, dont plusieurs ont été tués et blessés, tentaient de les repousser, alors que certains réservoirs ont pris feu. 
La raffinerie avait été fermée la veille et plusieurs employés évacués de crainte d'une attaque de l'EIIL. Jusque-là, les dirigeants du secteur pétrolier estimaient "limitées" les implications concernant la production pétrolière d'Irak, deuxième plus gros exportateur au sein du cartel de l'Opep, et disaient espérer que la production irakienne resterait épargnée par l'offensive jihadiste.
"L'attaque contre la principale raffinerie de Baïji peut constituer une source de pétrole pour l'EIIL et ses partisans (...) Mais elle ne fournit pas de pétrole hors d'Irak et l'impact de l'attaque est probablement moindre que ce que l'on craint", estime-t-on. 
Depuis le 9 juin, les combattants de l'EIIL, appuyés par des partisans de l'ex-président sunnite Saddam Hussein renversé après l'invasion américaine de 2003, ont pris le contrôle de la deuxième ville d'Irak, Mossoul, d'une grande partie de sa province Ninive (nord), de Tikrit et d'autres secteurs des provinces de Salaheddine (nord), Diyala (est) et Kirkouk (nord).
Au début de cette offensive, l'armée et la police, dans leur majorité, n'avaient pas combattu et avaient abandonné leurs positions. En réaction, le Premier ministre Nouri al-Maliki a limogé mardi de hauts commandants, dont celui en charge de Ninive et le chef de la troisième brigade d'infanterie.  

AFP
Jeudi 19 Juin 2014

Lu 218 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs