Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les jihadistes de Sebta et Mellilia placés sous haute surveillance policière




Les jihadistes de Sebta et Mellilia placés sous haute surveillance policière
Après les attentats terroristes qui ont secoué Paris mercredi dernier, les autorités espagnoles ont mis sous haute surveillance des islamistes radicaux résidant notamment dans les deux présides occupés, à savoir Sebta et Mellilia et en Catalogne. Lesquels sont considérés comme des «zones à risque», selon El Mundo.
Un total de 100 personnes ont été placées sous surveillance policière vigilante de peur qu’elles ne commettent des attentats similaires à celui qui a visé le journal satirique Charlie Hebdo et fait 12 morts dont les caricaturistes Cabu, Tignous, Charb et Wolinski.
Selon des sources médiatiques espagnoles, les experts estiment que la collaboration sécuritaire internationale est d’une importance capitale dans la lutte contre le terrorisme jihadiste, et que les services antiterroristes espagnols entretiennent des relations « étroites » avec la France, le Maroc et les USA. Mais ils estiment que pour pouvoir collecter l’information qui est un élément clé de cette lutte, il faudrait que les autorités politiques fassent les investissements qu’il faudrait. Pour sa part, le ministre espagnol de l’Intérieur, Fernández Díaz, a estimé que 600 jihadistes qui ont pris part à la guerre en Irak ou en Syrie sont retournés en Europe, constituant ainsi une menace pour la sécurité du Vieux Continent.
D’après l’agence Europa Press, le responsable espagnol a néanmoins mis un bémol à sa déclaration en affirmant que la situation est sous contrôle. « En Espagne, nous sommes sensiblement meilleurs que d’autres pays voisins et alliés, mais cela ne signifie pas que nous allons baisser la garde. Nous menons continuellement des opérations de démantèlement des réseaux jihadistes, et nous avons arrêté des personnes accusées d’appartenance ou de collaboration avec les réseaux jihadistes ou effectuant des opérations d’endoctrinement et de recrutement par le biais d’Internet». Il a ajouté qu’une dizaine des 70 personnes ayant quitté la péninsule ibérique à destination de l’Irak ou la Syrie, sont retournées chez elles. La moitié de ces personnes sont actuellement détenues soit au Maroc, soit en Espagne, selon le ministre espagnol.

T.M
Samedi 10 Janvier 2015

Lu 2269 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs