Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les jeunes optent pour l’action associative comme moyen d’expression




Les jeunes optent pour l’action associative comme moyen d’expression
Si la présence de la jeunesse marocaine dans les centres de décision, aussi bien à l’échelle locale que nationale, demeure limitée, nombreux sont les jeunes qui ont opté pour l’action associative en tant qu’alternative pour s’exprimer, faire entendre leurs voix, et partant, participer à la prise de décision au sein des collectivités où ils s’activent.
En l’absence de sondages et d’études traitant de la problématique de la représentativité de la jeunesse, des statistiques précises et détaillées sur le taux de présence et l’accès limité des jeunes aux postes de décision sont rares voire inexistantes.
Le président du Forum de la citoyenneté, Abdelali Mastour a, dans ce sens, souligné le paradoxe entre la force démographique que représente cette catégorie au sein de la société et sa présence encore limitée dans les centres de décision et les postes de responsabilité.
Cette faible représentativité s’explique essentiellement par l’absence d’une politique publique structurante, structurée, durable et fondée sur l’implication des jeunes dans la chose publique, a-t-il estimé dans une déclaration à la MAP.
Mais dans l’action associative, l’implication des jeunes reste heureusement importante. En effet, des milliers de jeunes intègrent volontairement les associations érigées actuellement en partenaire incontournable dans toutes les initiatives de développement au niveau local.
Cette volonté de s’exprimer et de contribuer au développement de la société incite les jeunes à adhérer massivement à l’action associative, une implication qui s’est accentuée davantage avec la multiplication des initiatives visant le développement local, notamment à travers la Charte communale, l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) ou encore la nouvelle Constitution de juillet 2011.
Il convient de souligner dans ce cadre que les dispositions de la Charte communale (article 139) et de la Constitution (article 33) stipulent clairement la nécessité de l’adoption d’une approche participative dans la gestion de la chose locale et la prise des mesures adéquates pour élargir et généraliser la participation des jeunes au développement socioéconomique, culturel et politique du pays et faciliter leur intégration dans la vie active.
Pour M. Mastour, cet engouement des jeunes pour l’action associative s’avère logique et en harmonie avec la structure culturelle, affective et intellectuelle de la jeunesse tendant vers la participation et la volonté de s’exprimer et de faire entendre sa voix.

 D’autre part, le président du Forum de la citoyenneté a attribué cette faible participation des jeunes, en particulier en politique, à une prise de conscience limitée de l’importance de la participation et de l’implication qui sont les points cardinaux du processus de lutte pour garantir les droits et satisfaire les revendications.

MAP
Jeudi 3 Octobre 2013

Lu 947 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs