Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les jeunes, ces laissés-pour-compte du gouvernement Benkirane

Plus de 18% des jeunes au chômage sont des diplômés exclus du marché de l’emploi à cause de la réduction des postes budgétaires dans le secteur public




Si la Constitution de 2011 a accordé une importance particulière aux jeunes au point de leur dédier une Instance nationale, le gouvernement, un mandat durant, n’a donné aucune suite à cette consécration. L’on dirait que cette catégorie d’âge doit simplement rester sous tutelle, et attendre que d’autres « plus matures et plus mûrs » décident à sa place, et parfois dans des affaires qui la concernent directement. Une vision scandaleusement attentatoire au niveau des mesures prises dans ce domaine, mais aussi au niveau des résultats des jeunes Marocains dans de multiples activités. Le sport n’est ainsi qu’un élément d’un tout en faillite.
L’USFP, qui a tant fait des jeunes un point nodal de son programme et de ses actions sur le terrain, a, à maintes reprises, fustigé le bilan de l’Exécutif,  mais aussi les scandales qui ont marqué le secteur de la Jeunesse et des Sports, avec Benkirane & co. Si le gouvernement El Youssoufi avait réussi à faire de la jeunesse une locomotive pour le développement, la régression, chiffres à l’appui, a fait taire les «sans scrupules» qui osent réclamer encore les voix des Marocains et leur confiance. Sous d’autres cieux, bien évidemment, ces responsables, devraient normalement répondre de leurs actes devant la justice. Heureusement pour eux, leur chef de gouvernement adopte, au su et au vu de tous, le principe de «pardonner le passé » !
En effet, la quote-part des jeunes sur le  marché du travail a accusé une baisse consistante. De 25% dans les années 2000, soit au cours de la période du gouvernement d’alternance, on est descendu à 15 %. Voilà donc des chiffres qui parlent d’eux-mêmes. Dans la même optique, en 2013,  on avait constaté que les jeunes  représentaient  la catégorie la plus sujette au chômage. Selon des chiffres fiables, plus de 18% des jeunes au  chômage sont des diplômés, exclus du  marché de l’emploi, à cause de la réduction des postes budgétaires dans le secteur public et de l’inadéquation des diplômes du secteur public aux besoins réels du marché et de l’entreprise marocaine. En plus, près de 68 % des jeunes actifs exercent des métiers ou des activités sans salaire ni contrat dans le monde rural. Face à cela, le gouvernement ne sait plus à quel saint se vouer. Une fuite en avant du gouvernement Benkirane qui spécule sur des projets qui ne sont pas les siens.
En réalité, il n’a pas respecté  son engagement de dynamiser le Conseil supérieur des jeunes et de la vie associative. Il n’a même pas daigné impliquer et associer les autres acteurs aux débats sur cette question, ce qui a  donné lieu à des interventions improvisées et des mesures sans consistance. Dans ce cadre, les « assez » de l’USFP ont révélé l’absence d’une vision quant à l’édification des espaces censés abriter les activités des jeunes. Une lacune qui ne répond pas à la multiplicité ni à la diversité des aspirations des jeunes.
Que faire alors ?
Revoir la stratégie régissant le secteur est désormais nécessaire, sinon incontournable pour refonder le secteur de la jeunesse, dans tous ses volets aussi bien complexes qu’importants. Un premier pas commencerait par la mise en œuvre de la disposition constitutionnelle relative à la création du Conseil supérieur de la jeunesse et de la vie associative. Ensuite, le programme préconise la mise en place concertée d’un cadre référentiel unifié et contractuel avec les associations et clubs, de façon à respecter les spécificités des régions, des spécialités et des champs d’intervention, la création d’un cadre de partenariat entre secteurs privé et public, puis l’élaboration d’un programme national pour la motivation et l’incitation des jeunes, à même de soutenir leurs initiatives et créations aux niveaux sportif, culturel, scientifique, artistique, technologique …
Mais bien avant toute action ou intervention, l’on doit disposer d’institutions à même de  rendre compte de la réalité de manière rationnelle et crédible. L’USFP appelle, dans ce cadre, à créer un Observatoire national chargé de collecter des données et statistiques, élaborer des études et proposer des solutions adéquates aux questions des jeunes. La coordination avec les universités, les instituts de recherche marocains et étrangers serait d‘une aide appréciable.
Et pour remédier au manque d’intégration, d’adhésion aux chantiers d’édification de tout un pays, les forces populaires estiment qu’il serait important de préconiser un service public et citoyen, pour les jeunes universitaires, fondé sur les principes de volontariat et de bénévolat, portant sur la lutte contre l’analphabétisme, et les cours de soutien, pour que ces jeunes  continuent à bénéficier de leurs bourses de mérite pour deux autres années consécutives. Ces étudiants, selon ce programme prometteur, auront la  possibilité de poursuivre des sessions de formation et des stages professionnels, après leur sortie des universités, afin de bénéficier d’une intégration aisée dans le marché du travail.

 

13 propositions de l’USFP pour redonner espoir à la jeunesse

- Reconsidération des politiques publiques destinées à la jeunesse à travers l’élaboration d’une stratégie nationale créative et intégrée fondée sur la mobilisation de l’ensemble des ressources et des capacités disponibles dans les différentes secteurs et domaines concernés à travers une méthodologie partagée et cohérente;
- Mise en œuvre des dispositions constitutionnelles relatives à la jeunesse en adoptant une approche participative qui permet aux jeunes d’exprimer leurs opinions au cours de la préparation des programmes qui leur sont destinés ainsi que lors de leur mise en œuvre, de leur suivi, de leur évaluation et de la mesure de leur impact sur la société et sur la vie des jeunes eux-mêmes ;
- Elaboration et mise en œuvre de politiques publiques volontaristes en vue d’insuffler la dynamique nécessaire à l’emploi des jeunes à travers la restauration de leur confiance dans la société et le lancement d’initiatives et de mesures cohérentes afin de donner un nouveau souffle à l’emploi et à la création de nouvelles opportunités de travail, tout en observant scrupuleusement les principes  de l’équité et de l’égalité des chances ;
- Standardisation et harmonisation d’un cadre référentiel unifié pour les contractualisations et les partenariats avec les associations et les clubs de jeunes en vue de réaliser des programmes communs qui donnent la priorité à l’éducation sociale, à l’encadrement politique et culturel, ainsi qu’à l’animation de cycles de stages d’initiation et de formation dans les divers domaines du savoir ;
- Examen des possibilités de faire bénéficier les jeunes de certaines prestations par le biais de l’instauration d’une carte jeune permettant d’accorder aux jeunes des réductions dans les transports publics et la possibilité d’accéder aux salles de théâtre et de cinémas, ainsi qu’aux espaces d’estivage avec des conditions préférentielles ;
- Développement du cadre contractuel public-privé afin de permettre aux jeunes diplômés l’accès à un premier emploi dans le cadre d’un contrat de travail en bonne et due forme et des engagements précis des employeurs et des autorités publiques ;
- Elaboration d’un plan d’action de formation comprenant des programmes de création et d’intégration de l’entreprise au profit des jeunes durant la période du contrat de travail dont le type de financement sera assuré à partir des rentrées de la taxe au titre de la formation professionnelle ;
- Lancement d’une campagne nationale pour la motivation des jeunes et la valorisation de leurs performances et initiatives dans les différents domaines technologiques, artistiques et intellectuels (informatique, musique, écriture, arts plastiques, théâtre, métiers de l’image…) tant collectivement qu’individuellement ;
- Création d’un observatoire national pour les questions relatives à la jeunesse en charge de la collecte des données, de l’élaboration des études et la proposition de solutions aux diverses problématiques posées, en coordination et en collaboration avec les établissements universitaires et les centres de recherche aux plans national et international ;
- Examen de la possibilité de lancement d’un service citoyen volontaire concernant les jeunes lauréats des universités destiné à la participation dans l’animation des rencontres de communication et dans les campagnes de lutte contre l’analphabétisme et de soutien scolaire contre le prolongement de la perception de la bourse estudiantine durant 2 ans supplémentaires;
- Mise en œuvre des mesures appropriées pour amener les promoteurs immobiliers à créer des espaces spécifiques aux activités de la jeunesse en les inscrivant parmi les documents d’urbanisme relatifs aux projets en cours de montage ;
- Mise en œuvre des mesures adéquates pour l’accompagnement des diverses promotions de lauréats des filières universitaires généralistes en vue de bénéficier de sessions de formation spécialisées et techniques destinées à renforcer leurs compétences et à faciliter leur insertion dans la vie professionnelle ;
- Encouragement des jeunes pour l’initiative collective et le montage de projets communs (création de PME, lancement de produits économiques et commerciaux particuliers, etc.), en prenant en compte les centres d’intérêt des jeunes et leur diversification selon la catégorie de jeunes ciblée (élèves, étudiants, fonctionnaires, salariés, chômeurs, jeunes en situation d’handicap, etc.).

Nouri Zyad
Mercredi 5 Octobre 2016

Lu 1623 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs