Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les jeunes Sahraouis s’en prennent au secrétaire général du Polisario

Mohamed Abdelaziz a fui le lieu où il festoyait pour se cacher chez son beau-frère




Les jeunes Sahraouis s’en prennent au secrétaire général du Polisario
Au moment où Mustapha Salma Ould Sidi Moulaud annonçait la fin de la grève de la faim qu’il a menée depuis plus d’un mois, plus de 400 jeunes Sahraouis appartenant à l’Association interdite ‘’Démocratie et justice’’, défonçaient la porte de la salle où festoyait Abdelaziz.  C’était à l’occasion du 43ème anniversaire du prétendu soulèvement de Zoumla, un quartier de Laâyoune. Abdelaziz était en compagnie de dignitaires du DRS algérien, la fête battait son plein quand, soudain, ont surgi des dizaines de jeunes Sahraouis scandant «Aziz, assez de mensonges!» et brandissant des panneaux sur lesquels était écrit, en arabe «Dégage!». Ce même leitmotiv a été peint à même le sol à l’entrée du camp de Rabouni, siège du Polisario. Pour être sûrs que l’intéressé allait le lire, les mécontents n’ont eu d’autre moyen que de l’écrire sur des pancartes et de l’exhiber devant ses yeux et en présence de ses protecteurs. Prenant peur, Abdelaziz s’est éclipsé, sous la protection de gardes du corps, par une porte dérobée. Il s’est engouffré aussitôt dans son véhicule pour regagner Tindouf où il se serait réfugié chez son beau-père, ancien maire algérien de Tindouf.
L’intrusion des mécontents et la fuite qui s’en est suivie, ont été ponctuées par  des actes de violence opposant manifestants et milices du Polisario, faisant plusieurs blessés des deux côtés et des dizaines  d’arrestations dans les rangs des manifestants, ont indiqué des sources de Rabouni.     Rappelons que, lors d’un entretien téléphonique avec la chaîne régionale de télévision de Laâyoune, Ould Sidi Moulaud a affirmé que suite aux interventions de différents amis et parents l’implorant de mettre fin à la grève de la faim qu’il avait observée pendant plus d’un mois et qui risquait de lui être fatale, il a décidé de la suspendre, tout en poursuivant, cependant, son sit-in devant les bureaux du HCR à Nouakchott jusqu’à ce qu’il soit donné suite à sa revendication de retrouver sa famille dont il est séparé arbitrairement depuis plus de deux ans.

Ahmadou El-Katab
Lundi 1 Juillet 2013

Lu 824 fois


1.Posté par houkach le 13/07/2013 22:42 (depuis mobile)
Le mensonge du pouvoir algérien et sa bande. Des voyous les militaires! que ca soit algériens ou polisarios. Ils perdent leurs temps ils savent ce qu''il leur reste a dire. Malheuresement c.est les gens comme nous qui payons la facture pendant qu'Abdel Aziz s'en a met plein les poche

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs