Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les islamistes tunisiens s'apprêtent à céder le pouvoir

Installation imminente d’un gouvernement de transition




Les islamistes tunisiens  s'apprêtent à céder le pouvoir
Les islamistes d'Ennahda au pouvoir en Tunisie s'effaceront dans quelques jours au profit d'un gouvernement de transition, une fois que majorité et opposition auront convenu de la composition de la commission chargée de veiller au bon déroulement des prochaines élections, ont annoncé mardi les médiateurs.
Trois ans après la chute du président Ben Ali, le berceau du "Printemps arabe" est entré dans la dernière phase de la transition démocratique après plusieurs mois de paralysie politique due aux rivalités entre religieux et laïques. Dans le cadre d'un accord conclu à la fin de l'année dernière, Ennahda a accepté de céder le pouvoir à un gouvernement intérimaire apolitique après l'adoption d'une nouvelle Constitution ainsi que d'un calendrier électoral, et la formation d'une commission chargée de superviser les scrutins.
L'Assemblée constituante a entamé la semaine dernière la phase finale de l'examen de la réforme constitutionnelle et les groupes parlementaires s'efforcent de résoudre leurs divergences concernant la commission électorale.
Selon les médiateurs de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT), le Premier ministre, Ali Larayed, se tient prêt à démissionner lorsque les membres de la commission auront été désignés. "Si les partis parviennent à s'entendre, la passation de pouvoir pourrait intervenir dans les deux jours", a déclaré mardi Bou Ali Mbarki, secrétaire général adjoint de l'influente centrale syndicale.
Majorité et opposition se sont d'ores et déjà entendues pour nommer Mehdi Jomaa, actuel ministre de l'Industrie, à la tête du gouvernement de transition qui sera chargé d'expédier les affaires courantes jusqu'aux élections.
A rappeler que  l'ambassadeur des Etats-Unis à Tunis, Jacob Wales, avait affirmé que son pays continue à soutenir le processus démocratique en Tunisie. C'était au cours de sa réunion, lundi, avec le chef du gouvernement provisoire Ali Larayedh à la Kasbah.
 

Jeudi 9 Janvier 2014

Lu 127 fois


1.Posté par james-tk le 09/01/2014 23:10
Petite rectification, ce n'est pas une commission électorale, l' I.S.I.E ( Instance Supérieure Indépendante pour les Élections), une véritable institution, appelée, selon le désir unanime de la presque totalité la classe politique et la société civile tunisiennes à être constitutionnalisée, ainsi, notre pays sera doté d'une institution qui se consacrera exclusivement aux élections !
Aujourd'hui même, les membres de la nouvelle instance ont été élus, et le chef du gouvernement Ali Larayedh vient ce soir de démissionner !

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs