Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les inspecteurs du travail dénoncent la contraction des emplois

La loi de Finances ne prévoit que cinq postes pour le secteur




Les inspecteurs du travail dénoncent la contraction des emplois
Le secteur des inspecteurs du travail connaît depuis des années une contraction sensible au niveau de la création des postes d’emplois. La loi de Finances 2014 ne déroge pas à cette règle puisqu’elle ne prévoit que cinq postes budgétaires pour le secteur. L’Association marocaine des inspecteurs du travail est de ce fait montée au créneau pour dénoncer ce recul qui s’accentue d’une loi de Finances à une autre.
Dans une lettre adressée au Groupe socialiste à la Chambre des conseillers, ladite association appelle les députés de la deuxième Chambre et notamment ceux de l’opposition à contrecarrer cette politique qui va dans le sens non seulement de la réduction du nombre d’inspecteurs du travail à travers le Royaume mais également vers le risque de décimer la profession. Ce qui handicaperait sérieusement cette dernière et empêcherait l’inspecteur du travail de jouer pleinement son rôle.
Dans une autre lettre adressée à plusieurs groupes parlementaires de la deuxième Chambre, l’Association marocaine des inspecteurs du travail tire la sonnette d’alarme et attire l’attention sur les dangers qui guettent la profession. On peut relever dans cette lettre que le gouvernement n’a pas créé de postes budgétaires dans les lois de Finances respectives de 2010, 2011 et 2012. Celles de 2013 et 2014 ont prévu seulement cinq postes, ce qui reste infime par rapport au secteur de l’emploi. Pire, au cours des trois années où le gouvernement n’a pas créé de postes budgétaires pour ce cadre, 60 fonctionnaires du secteur ont été mis à la retraite. C’est dire la gravité du manque atroce que connaît le domaine des inspecteurs du travail. Le nombre global actuellement en exercice se résume à quelque 363 inspecteurs et inspectrices pour 51 délégations provinciales. Dérisoire pour remédier aux difficultés et dysfonctionnements que connaît le secteur, estime l’Association marocaine des inspecteurs du travail.  Par ailleurs, le secteur ne dispose en tout et pour tout que de 20 médecins et 23 ingénieurs, ce qui ne permettrait guère au personnel d’assumer pleinement ses responsabilités au niveau de la gestion des relations professionnelles et la sauvegarde de la paix sociale au sein des unités de production ainsi que l’intervention des contrôleurs pour protéger les droits des intervenants dans ce domaine.
Dans cette conjoncture inquiétante, l’Association lance un appel à tous les progressistes de la Chambre des conseillers les exhortant à contrer le projet gouvernemental.

Kamal Mountassir
Mardi 19 Novembre 2013

Lu 629 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs