Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les indices boursiers ont pris 3,3% en trois séances : Le marché entame l'année en fanfare




Les indices boursiers ont pris 3,3% en trois séances : Le marché entame l'année en fanfare
Avec la prise exceptionnelle de 3,3%, cette première semaine de l'année, on pourrait facilement croire que la morosité n'est plus qu'un vague souvenir et la Bourse est passée «en mode reprise». La chute enregistrée lundi aurait-elle mis un point final au gâchis de l'année 2009 ?  2010 serait-elle bonne pour les actions ? Les indices fluctuent en permanence, mais tant que la Bourse monte, c'est que l'avenir s'annonce « radieux ».  
D'ores et déjà, au plan mondial, les Bourses internationales ont commencé l'année en fanfare, saluant les nouveaux signes de reprise économique. Pour les analystes, cette «exubérance» des marchés laisse présager «une croissance mondiale plus vigoureuse que prévu».
Casablanca va-t-elle, à son tour, redevenir plus vigoureuse ? Difficile de le savoir. Une seule chose est certaine : personne ne gagnerait à ce que la situation empire.   
Jusqu'ici, faute de nouvelles introductions, ce sont les émissions obligataires qui dominent le marché. Après Attijariwafa bank, les jours prochains seront marqués par deux opérations non moins importantes : l'émission obligataire lancée par l'ONCF (l'Office des chemins de fer) d'un montant d'1 milliard de DH ; et l'émission de Billets de Trésorerie lancée par Nexans Maroc, d'un montant de 250 millions de DH.
Autant l'opération ONCF est intéressante, autant l'initiative de Nexans Maroc est curieuse. Dans le premier cas, Il est concevable que l'établissement public ait recours au marché pour financer ses investissements, en profitant des taux bas du marché obligataire. En revanche, le cas Nexans Maroc, société inscrite à la cote officielle de la Bourse de Casablanca, demeure  difficile à comprendre. Au lieu d'une augmentation de capital, via l'émission de nouvelles actions, pour sortir le marché de sa léthargie, le premier câbleur au Maroc a choisi la formule obligataire. Peut-être, on le comprendra, l'action Nexans a fortement chuté en 2009, perdant plus que la moitié de sa valeur. Le titre Nexans devait tomber de 418 à 166 DH son plancher avant de stabiliser aux alentours de 235 DH.
Puisque ces opérations obligataires n'intéressent, le plus souvent, que les investisseurs institutionnels, il y a fort à parier que le marché des actions n'ira pas au-delà de ce qui est permis par la conjoncture. Même si les valeurs cotées ont été fortement dégraissées durant les deux dernières années, avec un PER proche du sol, il n'est pas certain que la Bourse explose. Avec du papier entaché de cambouis, il est difficile, de toute évidence, de manifester sa confiance dans la pérennité de cette carambouille.  
Cela dit, le marché boursier casablancais commence toutefois à prendre des couleurs. Les deux principaux indices de la Place ont fini les 5 premières séances de l'année dans le vert, avec un gain peu attendu de plus de 3%. Dans un marché relativement animé, totalisant 1,8 milliard de DH, le Masi, l'indice général, a pris 3,24%, débordant pour la première fois, depuis plus d'un an, le seuil psychologique de 10.500, à 10.782 points. Tendance identique pour le Madex, indice des valeurs les plus actives, qui s'adjuge 3,38%, à 8.750 points. Cette remontée bénéfique a permis à la Place de gagner plus de 16 milliards de DH.

Bourse abattue
 en 2009

Pour rappel, la Bourse de Casablanca a terminé l'année 2009 complètement abattue, marquée par une contre-performance de pas moins de 5% dans un marché morne de moins de 145 milliards de DH de chiffre d'affaires annuel. Sur la Place, on compte plus de perdants que de gagnants. Plus de 37 valeurs ont fini K.O avec des pertes oscillant entre 37% et 13%. (c'est le cas notamment d'Auto Nejma, Diac Salaf, CGI, Atlanta, Oulmès, Sofac, CIH, Sonasid, IAM, etc.). Entre autres rares gagnants, Brasseries du Maroc a réussi à doubler la profitabilité de son jus.
Par rapport à la semaine qui vient de s'écouler, le marché a fortement profité aux Grandes Marques de Conserves (LGMC), qui a grappillé 19,58%, à 332 DH l'action. Dans les bancaires, le titre Crédit du Maroc parvient à rattraper le terrain perdu, affichant une performance de plus de 12%, à 650 DH. Le n°1 de l'immobilier, Addoha, a progressé de près de 11%, à 114 DH, mais demeure encore très loin par rapport à son sommet à 145 DH. La société du Groupe Sefrioui semble fonctionner plus avec des rumeurs. Beacoup de bruit en tout cas sur sa « recapitalisation » et sur l'étendue de son « endettement ».
Le marché fut cependant peu amène avec BMCI et Label Vie, qui renoncent toutes les deux à plus de 5%. Idem pour la filiale de la famile Hakam qui continue à se déplumer, renonçant à nouveau à 4%, dans des volumes insignifiants.
Il faut juste rappeler que la Bourse étonne par ses sursauts et ses coups de tête. La forte baisse de lundi, suivie de celle de mardi, a été rapidement effacée par l'impressionnant rebond du mercredi. Les trois dernières séances de la semaine ont cumulé un gain rarement égalé, même en temps d'euphorie. Ce sont justement ces « grands écarts » qui font craindre le pire.
On se demande si cet «optimisme», qui semble revenir sur le marché, pourra résister aux anticipations conjoncturelles.  A la semaine prochaine.

Abdelouahed Kidiss
Mardi 12 Janvier 2010

Lu 904 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs