Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les indicateurs




C’est visible à l’œil nu : le nombre de gardiens de voitures a fortement augmenté à Casablanca depuis le début de cette année. Rares sont désormais les rues qui peuvent s’honorer de ne pas avoir été squattées par eux. Le phénomène a tellement pris de l’ampleur que d’aucuns mettent l’embellie qui a caractérisé le marché du travail dernièrement sur le seul compte de cette prolifération que tout le monde sait préjudiciable tant à l’emploi qu’aux principes qui fondent tout civisme véritable.
Le pis, c’est que le nombre de parkings a augmenté d’une manière inversement proportionnelle à celle des faux gardiens de voitures. Ce qui fait que ces derniers se trouvent déliés de toutes les obligations auxquelles les locataires de parkings réglementaires doivent s’astreindre. Y compris celle de s’acquitter des frais que toute occupation provisoire de l’espace public génère. Ils grugent donc doublement la collectivité. Non seulement ils privent les finances locales d’une partie de leurs recettes, mais ils se font aussi indûment payer par tous les automédons qui ont le malheur de stationner dans des endroits  où la gratuité existe pourtant par la force de la loi.
De fait, ce phénomène pernicieux ne trouve sa justification ni dans une quelconque volonté de lutter contre le chômage, ni dans celle de sécuriser le stationnement des voitures et autres motos et bicyclettes. Il ne s’explique, en réalité, que par la remise en fonctionnement ainsi que le renforcement du système de maillage sécuritaire du territoire à moindre coût mis en place sous Driss Basri. Un système pyramidal à la base duquel officiaient, et officient toujours, des milliers d’informateurs non rétribués, mais bénéficiant de protections leur permettant de rançonner, sans risque, des citoyens qui n’en peuvent mais. Ce système mafieux de délation publique ne coûte pas un seul centime à l’Etat puisque nuls émoluments ne sont versés par le Trésor public à ces milliers d’informateurs à qui il est demandé de se retourner contre leurs concitoyens pour gagner leur croûte.  
Ce système que les sécuritaires ont érigé en «valeur» essentielle d’une société où la débrouillardise rime souvent avec l’incivisme sous-tend nombre de comportements déviants qui nuisent gravement à l’ensemble de la société tout en reléguant aux calendes grecques la réalisation de ses aspirations au développement, à l’équité et à la modernité.
Nous avions dénoncé cet état de choses en temps opportun et nous continuerons à le faire à satiété.


Ahmed SAAIDI
Samedi 26 Septembre 2009

Lu 1012 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs