Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les incroyables assertions de Birou

Contrairement à ce que prétend le ministre, les Marocains rapatriés de Libye l’ont été à leurs frais




Anis Birou est un homme qui aime les chiffres. Et à chacune de ses sorties médiatiques, il ne cesse de balancer des statistiques à tout va. Son credo en la matière semble celui de l’humoriste et auteur américain Abe Burrow qui pense que «la raison d'être des statistiques, c'est de vous donner raison» même qu’on est en tort. Pas plus tard que la semaine dernière, le ministre des MRE et des Affaires de la migration a indiqué devant la commission des affaires étrangères, de la défense nationale, des affaires islamiques et des MRE que 2.836 Marocains ont été rapatriés de Libye et du Yémen entre 2014 et 2015 aux frais de son département. 2.720 d’entre eux  ont été ramenés de Libye entre le 12 août 2014 et le 25 août 2015 et 116 du Yémen entre le 11 mai 2014 et juillet 2015.   
Des statistiques  que de nombreux ressortissants marocains résidant en Libye remettent en cause. Pour eux, les assertions du ministre à propos de la mise en place d’une cellule de crise chargée du rapatriement des MRE de Libye et de leur prise en charge  ne sont que de la propagande médiatique. « Les Marocains de Libye ont payé avec leurs propres deniers les billets de retour et même ceux qui se sont inscrits auprès des services consulaires ont payé de leur poche ces billets. Pis, ils se sont même acquittés des frais du transport entre Tripoli et la Tunisie qui ont vu leurs prix multipliés par 700% sans parler du fait que nombre d’entre eux ont été victimes d’agressions et de vols sur cette route», nous a révélé un ressortissant marocains résidant en Libye sous le sceau de l’anonymat. Même son de cloche de cet autre ressortissant marocain qui nous a expliqué que la RAM a suspendu ses vols vers la Libye depuis plus de huit mois et que  les Marocains résidant dans ce pays ont été obligés de se débrouiller tous seuls soit pour se rendre en Tunisie, soit pour prendre le vol Tripoli-Alger puis Casablanca ou le vol Tripoli-Istanbul-Casablanca. «Les liaisons maritimes ont été également suspendues depuis des années et, du coup, les MRE de Libye vivent sous un véritable embargo aérien, maritime et terrestre», nous a-t-il précisé.  Et de poursuivre : «Le pire, c’est qu’une fois arrivés en Tunisie ou au Maroc, ces MRE ont droit à de longues heures d’interrogatoires au cours desquels ils sont traités comme des terroristes ou des criminels».  
Mais il n’y a pas que les conditions de rapatriement que  les MRE de Libye reprochent aux autorités marocaines, les conditions d’accueil au Maroc sont également critiquées. «Les déclarations souvent tenues par nos  responsables sur l’accueil et l’intégration des MRE de Libye ne sont que des paroles en l’air. En fait, personne, à ma connaissance, n’a bénéficié de logement social ou d’embauche », nous a indiqué notre source.  Et d’ajouter : «Beaucoup de MRE sont retournés en Libye faute de perspectives d’emploi au Maroc. D’autres ont été incapables d’intégrer socialement la société marocaine après des années d’absence ». Des propos qui en disent long sur les mesures  promises en août 2014 par le même Anis Birou qui avait annoncé la révision de la convention spéciale avec le holding Al Omrane concernant l’octroi de logements sociaux aux MRE rapatriés et la possibilité d’accorder des bourses à ceux d’entre eux qui sont  étudiants. Les enfants de ces ressortissants devaient  également être intégrés dans des classes modèles afin de soutenir leur niveau scolaire notamment en  arabe et français, les parents devaient bénéficier de prestations médicales et d’un plan d’intégration professionnelle et économique en coordination avec l’ANAPEC, les collectivités locales et des ONG internationales, avait-il également annoncé sans tenir sa parole.         
Une situation des plus dures à supporter puisque la situation  en Libye est de plus en plus dramatique. «Beaucoup de Marocains sont installés aujourd’hui à Tripoli, à Zawiya, à Mesrata et dans sa périphérie malgré le chaos dans lequel la Libye sombre de plus en plus. Ils sont quotidiennement victimes de l’insécurité et des conflits armés entre les factions rivales sans parler de la cherté de  la vie qui  est devenue insupportable. La plupart des Marocains travaillent uniquement pour répondre à leurs besoins vitaux et à ceux de leurs familles. Ils prennent leur mal en patience puisqu’ils ne peuvent rien faire d’autre. Ils ne peuvent pas rentrer au Maroc car il n’y a pas d’opportunités d’emploi et il est difficile pour eux de repartir de zéro », a conclu notre source.  
 

Hassan Bentaleb
Lundi 2 Novembre 2015

Lu 1418 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs