Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les images des compétitions difficiles à contrôler




Les images des compétitions difficiles à contrôler
Le traitement audiovisuel de l'accident de Jules Bianchi à Suzuka est symptomatique du nouveau paradoxe des événements sportifs: alors que les directs de plus en plus maîtrisés magnifient leurs images, les réseaux sociaux les démystifient, révélant souvent l'envers du décor.
L'accident du pilote Marussia, invisible sur la retransmission télévisée, est depuis relayé par les sites internet jusqu'à la nausée.
"C'est bien la preuve qu'on ne peut plus faire mentir les images", estime Patrick Goddet, ancien directeur d'Eurosport France, désormais consultant en médiatisation pluriaudiovisuelle. "Tout se retrouve en digital."
Pour autant, malgré cette "viralité" des images amateurs sur le web, il y a bien souvent volonté, de la part des organisateurs, d'effacer les aspérités, les couacs, les incidents voire les accidents, des images officielles.
 
Léger décalage
 
"Qu'il y ait des consignes pour ne pas montrer en boucle des images de l'accident, ça ne me choque pas, reprend Patrick Goddet. Un réalisateur a le choix entre de multiples caméras. Le choix de ne pas montrer certaines images, de magnifier le spectacle ou de le montrer dans sa réalité brute".
Ce choix existe-t-il toujours, à l'heure où les organisateurs de grands événements maîtrisent totalement la production d'images revendues clé en mains aux diffuseurs? La Coupe du monde, l'Euro, les grands championnats nationaux de foot, les Jeux olympiques, les Grand Prix de F1... Les diffuseurs n'ont pas le contrôle du produit fini.
A Canal +, qui possède pour la France les droits de la F1, on affirme ainsi "ne pas avoir et ne pas avoir vu" les images de l'accident de Bianchi détenues par la FOM (Formula One management). Toujours sur Canal, diffuseur historique de la Ligue 1, on voit aussi de moins en moins de banderoles injurieuses, d'irruption d'exhibitionnistes et autres événements perturbateurs...
Cette maîtrise des organisateurs est parfois accrue par le décalage technique, léger mais incompressible, qui existe entre l'événement et sa retransmission en direct. Un écart qui peut aller de quelques millièmes à deux ou trois secondes, et qui permet aux réalisateurs de gommer les images indésirables, voire de les trafiquer.
 
Le CIO dit faire du "live-live"
 
Durant la cérémonie d'ouverture des JO de Sotchi, en février dernier, la télévision russe avait ainsi tout simplement remplacé les images du direct par celles de la répétition pour masquer le raté technique qui avait empêché l'un des anneaux olympiques de s'illuminer. En Russie, comme en Chine ou aux Etats-Unis, le fameux décalage technique devient préventif, porté souvent à une petite dizaine de secondes.
L'OBS, la société qui produit les images pour le CIO, avait retransmis à tous ses diffuseurs clients les images réelles. "Nous avons des principes écrits", explique Yannis Exarchos, directeur de l'OBS, "qui nous imposent le 'live live', sans aucune sorte de décalage ni de manipulation temporelle."
Idem pour les accidents, le CIO et l'OBS affirment les traiter comme des "événements de la compétition", diffusant les images en pondérant à chaque fois "le droit à l'information et la décence, en évitant par exemple les gros plans", comme ce fut le cas lors de l'accident mortel du lugeur Nodar Kumaritashvili, lors des JO de Vancouver en 2010.
Car la dissimulation ou l'autocensure est un anachronisme à l'heure où toutes les images se retrouvent instantanément sur le web. La FOM, qui a fait retirer dans un premier temps les images amateurs de l'accident de Bianchi visibles sur You Tube pour "atteinte aux droits d'auteur", a d'ailleurs renoncé à intervenir quand ces images ont ressurgi ailleurs.
 
 

AFP
Lundi 13 Octobre 2014

Lu 138 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs