Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les hommages se poursuivent au Festival de Marrakech : Harvey Keitel reçoit l'Etoile d'or




Les hommages se poursuivent au Festival de Marrakech : Harvey Keitel reçoit l'Etoile d'or
Après l'émouvante soirée des hommages rendus aux deux figures du cinéma marocain, Larbi Doghmi et Mohammed Abderrahmane Tazi, le Festival accueillait cette fois-ci une personnalité hors du commun du 7ème Art mondial : le grand Harvey Keitel. L'excellent acteur américain a reçu l'Etoile d'or, mercredi soir, devant un public très enthousiaste.  
Emu, Harvey Keitel a salué les efforts consentis par le  Maroc et tout particulièrement SM le Roi Mohammed VI et SAR le Prince Moulay Rachid dont la vision et la volonté contribuent grandement à la promotion du cinéma marocain et mondial.
Harvey Keitel, qui a reçu son Etoile d'or des mains de l'actrice et productrice Suzanne Sarandon, a  déclaré au sujet de cette dernière qu'elle a été une des premières personnes à l'avoir aidé à trouver un travail alors qu'il n'avait pas encore eu sa chance en tant qu'acteur à New York.
La carrière cinématographique de Harvey Kateil commence aux côtés de Martin Scorsese au début de l'année 1967 avec "Who's That Knocking at My Door" dans lequel il interprète le véritable alter ego de Martin Scorsese. En 1991, son interprétation du gangster Mickey Cohen dans "Bugsy" de Barry Levinson lui vaut une nomination aux Oscars. L'année suivante, il reçoit l'Independent Feature Project du meilleur acteur pour son interprétation dans "Bad Lieutenant" d'Abel Ferrara. La même année, il est également à l'affiche de la comédie dramatique de Jane Campion "La Leçon de piano" aux côtés d'Holly Hunter et de Sam Neil. Le film reçoit la Palme d'or au Festival de Cannes en 1993.
Sa carrière fait un bond dans les années 90, grâce à des films comme "Pulp Fiction", de Quentin Tarantino, Palme d'Or au Festival de Cannes en 1994, "Clockers" de Spike Lee en 1995.
Harvey Keitel  s'est aussi distingué au théâtre avec notamment la pièce "A Lie of the Mind" de Sam Shepard, lequel remporte le prix de la meilleure pièce décerné par le Cercle des critiques dramatiques de New York en 1985-86. 

ALAIN BOUITHY
Vendredi 10 Décembre 2010

Lu 254 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs