Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les habitudes alimentaires américaines se sont en partie améliorées




Les habitudes alimentaires américaines se sont améliorées depuis une dizaine d'années avec une consommation accrue d'aliments sains, selon une enquête nationale qui a aussi constaté une persistance de disparités ethniques et raciales quand il s'agit d'adopter un régime bon pour la santé.
Ces chercheurs ont constaté "qu'à de nombreux égards l'alimentation des Américains a connu des améliorations, dont une augmentation d'aliments riches en céréales complètes et en fruits à coque, ainsi qu'un léger accroissement de la consommation de poissons et de fruits de mer et une réduction des boissons sucrées consommées", écrivent-ils dans cette étude publiée mardi dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).
Ils ont aussi observé des tendances diététiques comme l'augmentation de la consommation de fruits, mais pas de changement pour les portions de légumes consommées, de charcuterie, de graisses saturées ou les quantités de sel de cuisine absorbées.
Au total, le pourcentage d'adultes aux Etats-Unis qui ont un régime alimentaire malsain a diminué, passant de 56% en 1999 à 46% en 2012.
La proportion de personnes ayant une alimentation considérée idéale a augmenté, mais dans des proportions nettement moindres, de 0,7 à 1,5%, ce qui reste extrêmement faible.
Cette étude a aussi mis en évidence des disparités persistantes dans la qualité du régime alimentaire et l'ethnicité, la race et le niveau d'études et de revenus.
A titre d'exemple, le pourcentage des blancs dont l'alimentation est malsaine a nettement diminué pendant cette même période pour passer de 54 à 43%. Mais les Noirs et Hispaniques n'ont pas connu de changements notables. Il y a même eu une détérioration pour les Américains avec les plus bas revenus.
Un mauvais régime alimentaire est une des causes majeures des principaux problèmes de santé qui frappent la population américaine, dont surtout l'obésité, le diabète, les maladies cardiovasculaires et certains cancers.
Il est estimé qu'aux Etats-Unis, les facteurs diététiques contribuent à plus de 650.000 décès par an.
Comprendre les tendances dans les habitudes alimentaires est essentiel pour déterminer les priorités et les politiques en matière de santé publique afin d'améliorer l'alimentation et réduire le fardeau des maladies, souligne le Dr Dariush Mozaffarian, de la Faculté des sciences de la nutrition à l'Université Tufts à Boston, le principal auteur.
L'enquête a été menée auprès d'échantillons représentatifs de la population, dont près de 34.000 adultes âgés de vingt ans et au-delà.

Mardi 28 Juin 2016

Lu 225 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs