Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les habitants évacués de villes syriennes assiégées reprennent la route

Rencontre Russie-Onu sur la Syrie lundi à Genève




Les Syriens évacués de localités assiégées ont repris la route vendredi vers leur destination finale après un retard de 48 heures, dans le cadre d'une vaste opération enrayée par un attentat sanglant et des divergences de dernière minute.
La fin de cette évacuation croisée d'habitants de localités rebelles et prorégime signera la première phase de l'accord conclu entre le régime de Bachar al-Assad et la rébellion, avec la sortie au total de plus de 11.000 personnes de leurs foyers.
Pour les quelque 3.300 personnes évacuées mercredi, l'attente a été longue dans la soixantaine de bus qui étaient à l'arrêt dans deux zones de transit distinctes à la périphérie d'Alep (nord).
Depuis mercredi matin, 45 cars chargés de civils et combattants évacués des localités loyalistes de Foua et Kafraya (province d'Idleb) étaient à l'arrêt à Rachidine, une banlieue rebelle du sud-ouest d'Alep.
Parallèlement, depuis mercredi soir, 11 bus transportant ceux de trois localités rebelles --Zabadani, Serghaya et Jabal Charqi-- stationnaient dans la zone de Ramoussa, contrôlée par le gouvernement, au sud d'Alep.
L'opération était suspendue à la libération de 750 prisonniers par le régime.
Une partie des bus, des deux côtés, "ont repris le chemin" vers leur destination finale respective, a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Mais il ne pouvait confirmer dans l'immédiat si les prisonniers avaient été libérés ou pas.
"Les 11 bus ont quitté Ramoussa pour se diriger vers la province d'Idleb", destination finale des habitants de localités rebelles et contrôlée par les insurgés et les jihadistes, a indiqué M. Abdel Rahmane.
Simultanément, "10 bus ont quitté Rachidine et sont entrés dans la ville d'Alep", sous le contrôle total du régime syrien depuis fin 2016, a-t-il précisé.
Cette évacuation avait commencé il y a une semaine jour pour jour mais avait été ensanglantée le 15 avril par un attentat qui a fait 126 morts, dont 68 enfants.
Le régime a accusé les rebelles, qui ont démenti. L'attaque n'a pas été revendiquée.
Comble de l'horreur, l'envoyé spécial de l'ONU pour la Syrie, Staffan de Mistura, a affirmé que les auteurs de l'attentat étaient déguisés en humanitaires. "Quelqu'un prétendant distribuer de l'aide et attirant les enfants a provoqué cette horrible explosion".
Selon des témoins de l'attentat, un véhicule qui distribuait des sachets de chips aux enfants a explosé à proximité des autocars transportant les évacués.
Par crainte d'un nouvel attentat, les opérations se déroulent sous haute surveillance, avec plusieurs dizaines de rebelles armés gardant les cars stationnés à Rachidine.
Ce processus est le dernier d'une série d'évacuations de localités assiégées --notamment rebelles-- dans le pays ravagé par la guerre depuis six ans.
Les insurgés, qui ont perdu de nombreux bastions face au régime -fort de l'appui de l'allié russe- se sont vus en effet contraints de signer des accords d'évacuation de nombreux de leurs bastions.
L'opposition a qualifié "les transferts forcés de crimes contre l'Humanité", tandis que l'ONU a dénoncé des "déplacements forcés".
La deuxième étape du processus doit débuter dans deux mois, en juin, et portera sur la sortie de 8.000 habitants de Foua et Kafraya et de milliers d'autres de localités rebelles dans la province de Damas.
Par ailleurs, l'envoyé spécial des Nations unies sur la Syrie, Staffan de Mistura, aura des discussions avec le vice-ministre russe des Affaires étrangères Guennadi Gatilov lundi à Genève, sans les Etats-Unis.
Ces discussions devront permettre de faire le point sur le processus diplomatique d'Astana, qui vise à consolider la trêve théoriquement en vigueur depuis la fin décembre, et à tester la possibilité de nouveaux pourparlers entre belligérants le mois prochain à Genève, a déclaré jeudi le diplomate à la presse.
"La rencontre trilatérale, qui était une possibilité comme vous le savez, a été reportée, elle n'aura pas lieu lundi. Ce sera bilatéral. Mais le trilatéral n'est pas définitivement écarté, juste reporté", a expliqué Staffan de Mistura.

Samedi 22 Avril 2017

Lu 367 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs