Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les guerres, la crise et Al Pacino à l'affiche du plus vieux Festival de cinéma au monde




Les guerres, la crise et Al Pacino à l'affiche du plus vieux Festival de cinéma au monde
Guerres, crise économique et questions existentielles traversent la sélection de la 71ème Mostra de Venise, le plus vieux Festival de cinéma du monde, qui s'est ouvert mercredi, et dont Al Pacino, Willem Dafoe, Naomi Watts et Michael Keaton sont les têtes d'affiche. 
C'est au film "Birdman", du Mexicain Alejandro Gonzales Inarritu, qu’est revenu le privilège d'ouvrir la compétition, mercredi, avec Michael Keaton dans le rôle d'un acteur célèbre pour avoir incarné un super-héros mais aujourd'hui sur le déclin et décidé à renouer avec sa gloire passée en montant un spectacle à Broadway.  Sur la cinquantaine de longs-métrages qui seront projetés jusqu'au 6 septembre, vingt concourront pour le Lion d'or qui sera décerné par un jury présidé cette année par le compositeur français de musiques de films Alexandre  Desplat ("Le discours d'un roi", "Philomena"), premier président à n'être ni réalisateur, ni acteur depuis la création de la Mostra en 1932. 
"Les films qui évoquent des conflits étaient nombreux dès les sélections, cela m'a surpris, et ils le sont restés dans le choix final.  La crise est elle aussi présente mais en sourdine", avait déclaré Alberto Barbera, le directeur  de la Mostra, en présentant cette nouvelle édition fin juillet. 
Parmi les films abordant la guerre, "Good Kill", de Andrew Niccol, raconte les dilemmes éthiques et moraux d'un père de famille, joué par Ethan Hawke, qui combat les talibans à distance en pilotant des drones.  
"Fire on the plain", du Japonais Shinya Tsukamoto, revient sur les conséquences de la Seconde Guerre mondiale alors que "99 homes", de Ramin Bahrani, nous replonge dans la crise immobilière américaine. Récompensé par un Lion d'or en 1994 pour l'ensemble de sa carrière, Al Pacino, 74 ans, viendra défendre deux longs-métrages: "The Humbling" (hors compétition), de Barry Levinson, et "Manglehorn, De David Gordon Green, où il incarne un homme excentrique qui tente d'en finir avec un crime passé qui le hante et qui lui a coûté l'amour de sa vie. 
Autre coproduction qui devrait faire parler d'elle, le dernier film de Fatih Akin, "The Cut", troisième acte d'une trilogie sur l'amour, la mort et le mal avec dans le rôle principal l'acteur français Tahar Rahim. 

Vendredi 29 Août 2014

Lu 1256 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs