Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les gènes franquistes du PP espagnol : De Manuel Fraga Iribarne à Mariano Rajoy (II)




Les gènes franquistes du PP espagnol : De Manuel Fraga Iribarne à Mariano Rajoy (II)
Le PP compte plus de 700.000 membres. Il est capable de recueillir plus de dix millions de suffrages. Pourtant, ce n’est pas un parti de masse classique: son modèle d’organisation est présidentialiste, il instrumentalise les fonctions publiques et recourt aux moyens de communication pour s’adresser à son électorat. Ses membres participent peu aux prises de décision et il n’admet pas l’existence de courants internes (bien que des «clans» et des fractions se développent, liés à des «baronnies»).
Il influence un large électorat qui peut se reconnaître dans les réponses qu’il apporte aux divisions et conflits qui traversent la société:
1. le «sens commun» néolibéral: priorité au privé face au public;
2. le néo-conservatisme culturel: contre l’esprit soixante-huitard, défense de la famille patriarcale traditionnelle, refus de l’avortement, soutien à l’enseignement de la religion catholique, ce qui n’exclut pas un « féminisme » démagogique face à l’islam;
3. le néo-conservatisme géopolitique: pour une Europe atlantique et solidaire des Etats-Unis et de l’Etat sioniste d’Israël;
4. Le refus de toute réouverture des «vieilles blessures» (le franquisme comme horizon incontournable) ou du questionnement sur la transition politique (convertie en mythe fondateur du régime);
5. La défense de «l’unité de l’Espagne» comme nation, contre les tendances à la désagrégation et contre les «privilèges» des Basques et des Catalans, doublée d’une intransigeance face au «terrorisme», non seulement d’ETA, mais aussi de la gauche indépendantiste basque;
6. La tendance à transformer les immigrants «non-communautaires» en boucs émissaires face à la crise, grâce à une «politique du ressentiment» ciblant l’«insécurité» et la peur de l’avenir, ou invoquant simplement le vote utile contre Zapatero (Aguilar, S., «Después de la crisis del movimiento obrero: el conflicto social en la era de la globalización», 2010 http://hdl.handle.net/2445/10942 ).
Si l’on tient compte de cette combinaison de messages et de propositions, il paraît aussi inadéquat de considérer le PP comme un parti de droite classique – similaire à ceux de Sarkozy en France ou d’Angela Merkel en Allemagne – que de le rapprocher de l’extrême droite ou des «néofascismes» européens montants. Avec les premiers, le PP diverge en raison de ses racines historiques, pour n’avoir pas renié ses antécédents franquistes, symboliquement représentés par son président d’honneur, Manuel Fraga. De surcroît, il montre une disposition à utiliser des formes de mobilisation extraparlementaires étrangères aux partis de droite classiques, sauf dans des situations extrêmes (comme Mai 1968, en France). Le PP se distingue aussi des formations d’extrême droite, parce que, même s’il se fait l’écho d’une partie de leurs messages et de leurs formes de protestation, il ne le fait pas avec la combativité idéologique de ces groupes, ni ne met de tels enjeux au premier plan de son agenda politique.
De manière centrale, le PP cherche plus spécialement à élargir son électorat en profitant de la crise économique et sociale, en se présentant comme la force qui peut garantir une meilleure «confiance» pour sortir de cette crise, autant «les gagnants» («les marchés»), qu’une partie des «perdants» (des secteurs des classes moyennes et populaires «autochtones») de la globalisation néolibérale. Par contre, par rapport à l’Italie, la principale différence réside notamment dans l’absence d’un dirigeant charismatique et d’une centralisation du pouvoir à la Berlusconi.
Ceci dit, au sein du bloc de pouvoir (spécialement dans son aile médiatique, renforcée grâce à la TDT – télévision digitale) dont fait partie le PP – et au sein du PP – on ne peut ignorer l’existence d’un large secteur d‘extrême droite. Celui-ci pousse non seulement à la radicalisation du discours et de la tactique de ses principaux dirigeants, mais exprime aussi son insatisfaction par rapport à la faiblesse de la direction de Rajoy. Il préconise le retour d’Aznar ou une alternative incarnée par Esperanza Aguirre [Ndlr: Présidente actuelle de la Communauté de Madrid]. Une position basée surtout sur la peur qu’une adversaire montante, comme Rosa Díez [Ndlr: Ancienne militante du PSOE, députée du parti «centriste» Unión, progreso y democracia (UPyD)] – adepte d’un nationalisme espagnol agressif, mais étranger à la matrice franquiste, et qui met un accent croissant sur la critique de la «classe politique» – puisse leur arracher une partie de leur électorat.
De toute manière, il est évident jusqu’ici que l’électorat d’extrême droite a opté en faveur d’un «vote stratégique» pour le PP, sachant que les forces fragmentées, plus proches de formations comme le Front national de Le Pen, au vu des obstacles du système électoral en vigueur, n’ont aucune possibilité d’entrer au Parlement espagnol. La question se pose différemment au niveau local et même régional, comme on peut le voir avec Plataforma per Catalunya [Ndlr: Parti d’extrême-droite catalan].
Ces conclusions n’empêchent pas de prévoir autant une croissance continue de groupes d’extrême droite – qui tiennent des discours ouvertement xénophobes et recourent à des formes d’actions violentes –, qu’un durcissement à droite du PP. Néanmoins, au cas où celui-ci retournerait au gouvernement central, avec un dirigeant comme Rajoy, dont l’autorité est faible, on ne peut exclure des tentatives de former de nouveaux partis sur sa droite, animés par l’un ou l’autre des dirigeants médiatiques du bloc social qui a jusqu’ici appuyé le PP. Un scénario plus probable, si Rajoy n’obtient pas la majorité absolue et se voit contraint de s’allier aux droites nationalistes catalanes et basques.
Il faut rappeler que le PP trouve ses origines dans Alianza Popular (AP), fondée par Manuel Fraga [Ndlr: ministre de l’Intérieur du régime franquiste dans les années 1960,] en septembre 1976. Il s’agissait d’une formation issue d’un groupe de « notables », clairement opposés à la réforme du franquisme, initiée alors par le gouvernement de Suárez. Ceux-ci se distinguaient cependant du secteur le plus extrême, représenté par Fuerza Nueva (FN), dirigée par Blas Piñar. La grande différence entre les dirigeants d’AP – parmi lesquels Juan Antonio Samaranch [Ndlr: ex-président du Comité olympique international (CIO) de Lausanne, NDT], récemment décédé et porté aux nues – et de FN consistait surtout dans le fait que les premiers étaient étroitement liés à un secteur des grandes banques et des grandes entreprises et devaient donc éviter un discours uniquement destiné à une extrême droite militante et adepte du recours à la violence, en marge du contrôle gouvernemental. Fraga a cependant rencontré des difficultés à trouver un financement suffisant pour les premières élections, le grand capital étant divisé entre les options de Fraga et de Suárez (Ferrán Gallego, El mito de la Transición, Barcelona, 2008, pp. 463 & 779-780).
Il suffit de rappeler la présence écrasante de politiciens franquistes sur les listes d’AP aux élections de 1977 et 1979, et surtout les thèmes et propositions défendues par les responsables de ce parti durant ces mêmes années, pour constater qu’en réalité, ils représentaient l’extrême droite. «Ils essayaient de donner une base sociale et électorale à un mouvement de résistance à la rupture institutionnelle avec le régime antérieur en s’appuyant sur les positions réformistes de la dernière époque de Franco ou de la première étape de la monarchie. Même dans ce dernier cas, cet aspect réformiste était douteux en raison de la présence, parmi les chefs de la nouvelle formation, de personnes comme Fernández de la Mora ou López Rodó, qui s’étaient signalés par leur opposition aux propositions de réformes effectuées par le gouvernement Arias-Fraga» (Gallego, 2008, p. 465, voir note 1).
Lors des élections de 1977, le dernier Premier ministre de Franco, Carlos Arias Navarro – le «boucher de Malaga» – est l’un des principaux candidats d’AP. Sur ses listes électorales, on observe «un degré appréciable d’identification entre les candidat-e-s d’AP et la classe politique du régime antérieur (plus d’un quart des candidats), chiffre qui peut être revu à la hausse en tenant compte des candidats ayant occupé des postes technico-politiques de second rang). Mais le fait le plus significatif est que plus de la moitié des 205 candidats qui se sont présentés entre 1977 et 1982 – 66 % – appartenaient à la classe politique du franquisme» (López Nieto, cf note 1, pp. 94-95).
Durant ces années, la tactique de ce parti allait plutôt consister à développer un frein institutionnel et «de fait» – vu ses bonnes relations avec un secteur significatif du grand capital et de la hiérarchie militaire, comme le démontrera plus tard ses sympathies envers la tentative du coup d’Etat du 23 février 1981 – aux «concessions» que l’Unión de centro democrático (UCD), dirigée par Suárez, allait faire à l’opposition antifranquiste lors du processus de «réforme pactée». Ils sont passés ainsi de la franche résistance – par exemple, lors de la légalisation du Parti communiste espagnol (PCE) – à l’adaptation partielle et même totale au «consensus» sur des thèmes significatifs – ce n’est pas par hasard qu’ils ont signé les Pactes de la Moncloa [Ndlr: Accords conclus, le 27 octobre 1977, entre les principales forces politiques de droite et de gauche et les syndicats, acceptant la monarchie et l’austérité en échange d’un retour à la démocratie parlementaire, NDT]. En même temps, ils rejetaient d’autres points importants, comme l’usage du terme «nationalités» dans le projet constitutionnel, même si finalement un secteur d’AP, dirigé par Fraga, a voté en faveur de la version définitive. Malgré ses résultats modestes aux deux premières élections générales, cette tactique de «résistance» a fini par donner de meilleurs fruits: en 1982, elle permet à AP (coalisée avec le Partido democrático popular, aile démocrate-chrétienne sortie de l’UCD) de gagner des suffrages, issus tant du parti de Suárez que de FN (environ ? des votes obtenus par cette formation en 1979) – un résultat qui suscite la crise de ce parti d’extrême droite, menant à son auto-dissolution (Montero, J. R., «El subtriunfo de la derecha: los apoyos electorales de AP-PDP», in : J. J. Linz & J. R. Montero, sous la dir. de, Crisis y cambio: electores y partidos en la España de los años ochenta, Madrid, pp. 357-358).
Dès lors, face au début de «l’ère socialiste», profitant de la décomposition de l’UCD, et dans un contexte international de montée du néolibéralisme et du nouveau discours de «guerre froide», après l’arrivée de Reagan et Thatcher au pouvoir aux USA et en Grande-Bretagne, AP entre dans une nouvelle phase de consolidation et de redimensionnement de sa stratégie politique, bien qu’elle ne réussisse pas à progresser dans des zones comme Euzkadi et la Catalogne. Son attitude lors du référendum sur l’OTAN constitue un test fondamental: malgré son atlantisme militant, AP opte pour l’abstention en alléguant son désaccord avec l’alternative posée par cette consultation, décidée cinq ans plus tôt sous le gouvernement de l’éphémère Calvo Sotelo (Val, C. del, Opinión pública y opinión publicada. Los españoles y el referéndum de la OTAN, Madrid, p. 173). Ceci dit, la victoire finale de Felipe González sauvera AP des critiques faites par des secteurs de son électorat – et même de la démission de certains dirigeants qui considéraient que cette attitude avait mis en danger le maintien de l’Espagne dans l’OTAN.
L’usure de la direction de Manuel Fraga donne lieu à une première tentative (avortée) de succession, avec Hernández Mancha, en 1987, qui ouvre la voie, à la fin des années 1980, à la nouvelle génération incarnée par José María Aznar, alors président de la région de Castille et León. Ce courant émerge précisément en 1989, lors du congrès de refondation d’AP. Il adopte le nom de Partido Popular (PP) afin d’être homologué par la démocratie-chrétienne européenne et d’apparaître comme «parti de gouvernement». Son objectif est de dépasser l’électorat de Fraga, bien que celui-ci en soit réélu président. Il abandonnera cependant ce poste peu après pour pouvoir se présenter aux élections régionales de Galice, ce qui conduira à la désignation d’Aznar à la tête du PP comme prélude à l’élection de Mariano Rajoy à la tête du parti.  

* Professeur à l’UNED (Université nationale d’enseignement à distance) et membre de la rédaction de Viento Sur (www.vientosur.info ).


PAR JAIME PASTOR *
Lundi 29 Novembre 2010

Lu 9605 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs