Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les films les plus piratés en 2016

Le combat mené contre les sites de téléchargement illégal s’avère compliqué




Comme tous les ans, le site «TorrentFreak»
a dévoilé son Top 10 des films les plus piratés en 2016. Encore une fois, les blockbusters incontournables et les super-héros figurent en bonne place.



Si les salles obscures n'ont pas désempli l'année dernière, notamment en atteignant leur deuxième meilleur niveau depuis près de cinquante ans en Hexagone, les sites de téléchargement illégal ne sont pas en reste. Tous les ans, le site TorrentFreak  dévoile son classement des films les plus piratés au cours de l'année qui vient de s'achever (hors streaming ou téléchargement direct).  Si le site avoue ses difficultés à obtenir des données précises sur le nombre des téléchargements illégaux, compte tenu du fait que le piratage est aujourd'hui de plus en plus complexe et difficile à surveiller, il a toutefois pu établir le classement des dix films les plus plébiscités par les pirates cinéphiles en 2016. Du côté des longs-métrages, sans grande surprise, l’univers des comics et des super-héros domine ce Top 10, avec en trio de tête : "Deadpool", "Batman V Superman : L’Aube de la justice" et "Captain America : Civil War".
Le fantastique et la science-fiction sont également très bien représentés parmi les œuvres les plus piratées. L’épisode VII "Star Wars : Le Réveil de la Force" arrive à la quatrième place, devant "Warcraft : Le Commencement",  l’adaptation du jeu vidéo éponyme, et "Independence Day : Resurgence". Dans la catégorie film d’animation, on trouve à la neuvième position "Le Monde de Dory" des studios Pixar, le plus gros carton de l’année en termes de bénéfices avec plus d'un milliard de dollars engrangés. Le film "The Revenant", nommé douze fois aux Oscars l’an dernier, clôture ce Top 10 des films les plus téléchargés.
Il est à rappeler que depuis plus d’une dizaine d’années, la lutte contre le téléchargement illégal constitue une priorité pour les industries de la musique et du cinéma. Dans un premier temps, le combat a été mené contre les sites de téléchargement. Mais celui-ci s’est avéré compliqué du fait de la créativité technique des «pirates» et de l’architecture mondiale du réseau. Aujourd’hui, les majors concentrent leurs efforts sur l’usager selon deux axes.
Le premier est juridique et consiste à dissuader l’internaute en le menaçant de sanctions, l’autre est psychologique et vise à assimiler la pratique du téléchargement à un vol afin de culpabiliser l’internaute. Selon une recherche menée par les professeurs Philippe Odou et Gaël Bonnin, la requalification du téléchargement en pratique déviante est globalement acceptée par les internautes mais qu’elle est à l’origine d’un conflit moral.  Mais Il faut également dire que tous les arguments ne sont pas bons pour attaquer le téléchargement illégal.
Le célèbre réalisateur français Bertrand Tavernier estime que «le piratage fabrique des cervelles molles». Mais dans quelle mesure cette hypothèse est-elle valable ? En effet, Bertrand Tavernier fustige ici le côté self-service du téléchargement illégal, où tout est toujours à disposition, à portée de clic, sans effort, et de lui opposer le modèle du désir, désir frustré parfois, mais renforcé par l’effort qui rend l’accès à l’œuvre plus difficile certes, mais au final plus satisfaisant pour l’esprit. Pourquoi pas ? Sauf qu’il y a, me semble-t-il des limites à cet argument. Du strict point de vue de l’accès au film, les plateformes légales qui sont apparues avec la loi française «Hadopdi sont tout autant des self-services du cinéma, à la différence près qu’il faut payer. Pour le dire autrement : si c’est le côté tout offert tout de suite sans faire d’effort qui choquait Bertrand Tavernier dans le piratage, alors il ne doit pas être plus heureux maintenant où des plateformes,  conformes à la loi, offrent tout sans faire le moindre effort. Pourquoi alors les plateformes de téléchargement légal ou même de streaming légal rendraient-elles les cerveaux moins mous ? Sauf à considérer que le simple fait de payer rend intelligent.

Mehdi Ouassat
Mardi 17 Janvier 2017

Lu 907 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs