Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les femmes soulaliyates et guichiates protestent devant le Parlement : Une discrimination qui perdure




Les femmes soulaliyates et guichiates protestent devant le Parlement : Une discrimination qui perdure
Mobilisées par l’Association démocratique des femmes du Maroc (ADFM) et le Forum des Alternatives Maroc (FMAS), plusieurs centaines de femmes soulaliyates et guichiates ont manifesté leur colère du fait de ne pas bénéficier des terres collectives au même titre que les hommes, et ce lors d’un sit-in devant le Parlement organisé vendredi 2 juillet courant. C’est bien le statut «d’ayant droit» qui donne seulement aux hommes non mariés âgés de 16 ans révolus le droit d’hériter et d’exploiter les terres collectives qui est contesté aujourd’hui par ces femmes.
Venues de partout du Maroc, notamment de la région  du Gharb, ces femmes ont scandé des slogans dénonçant cette coutume jugée «sexiste» qui les prive de leur droit à l’héritage. Par ailleurs, elles ont appelé l’Etat à interdire la vente et la cession des terres collectives et guich par leurs fils et maris. «Seuls eux, bénéficient de ces terres et domaines appartenant à nos ancêtres», déclare une femme soulaliya.
Rappelons que suite à une plainte déposée au bureau de l’ADFM en 2007 par des femmes issues de la tribu de Lhaddada (région de Kénitra), victimes d’exclusion du partage des terres collectives, l’Association démocratique des femmes du Maroc ainsi que le FMAS ont appelé à la création d’un Réseau pour le droit des femmes aux terres collectives et terres  Guich. Ce Réseau s’est engagé à militer au côté de ces femmes jusqu’à l’obtention de leurs droits.
Ainsi, plusieurs sit-in et manifestations ont eu lieu et une pétition défendant la cause des Soulaliyates a été rédigée.
Malgré ces manifestations, le Réseau relève une stagnation flagrante de ce dossier qui concerne des milliers de femmes marocaines et une grande indifférence des autorités de tutelle. «En dépit des démarches entreprises par les femmes soulaliyates et par l’ADFM, les représentants des Jmâates ainsi que les responsables au niveau du ministère de l’Intérieur refusent toute négociation à ce sujet qui pourrait garantir aux femmes leur droit à la terre au même titre que les hommes», souligne une militante de l’ADFM.
Signalons enfin que les terres collectives sont étalées sur 48 provinces et préfectures. Elles sont composées de 4631 collectivités ethniques, rassemblent 2,5 millions d’«ayants droit» et une population totale estimée à près de 10 millions d'habitants.

Montassir SAKHI
Lundi 5 Juillet 2010

Lu 606 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs