Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les femmes berbères du Maroc à l’honneur


La richesse des parures et des tissages berbères exposée à la BNRM



Les femmes berbères du Maroc à l’honneur
Sous le Haut patronage de Sa Majesté Mohammed VI, la Fondation Jardin Majorelle et la Fondation Pierre Bergé - Yves Saint Laurent présenteront, du 15 mai au 15 juillet 2015, l’exposition «Femmes berbères du Maroc», en partenariat avec la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc. À travers les plus belles parures et textiles conservés au musée berbère du Jardin Majorelle, cette exposition célèbrera le patrimoine amazigh marocain et les femmes berbères. «Avec « Femmes berbères du Maroc », vitrine itinérante du musée berbère du Jardin Majorelle, la Fondation Jardin Majorelle souhaite aller à la rencontre des Marocains hors de l’espace muséal, dans un lieu qui reçoit librement et gratuitement les étudiants et les visiteurs», indiquent les organisateurs. Cet évènement s’inscrit dans la politique culturelle de la Bibliothèque nationale du Royaume du Maroc, qui accueille régulièrement des manifestations sur la culture amazighe, segment essentiel du patrimoine national. « Ce sont exclusivement des objets en provenance du musée berbère que cette exposition présente », précise Pierre Bergé. «Si j’ai voulu qu’elle soit consacrée aux « femmes berbères » c’est parce que l’essentiel des objets les concerne. C’est aussi à cause du rôle prépondérant qu’elles assurent dans la transmission de l’identité (langue, savoir-faire, éducation des enfants...)», ajoute-t-il. 
Arrivés au Maroc en 1966, Pierre Bergé et Yves Saint Laurent ont, depuis le tout début de leur passion marocaine, constitué une collection d’art berbère. Cette dernière les accompagne dans leurs successives demeures. À Dar El-Hanch d’abord, la maison qu’ils achètent dans la Médina de Marrakech à l’occasion de leur premier voyage. Puis, en 1974, à Dar Es-Saâda, la villa qui jouxte le Jardin Majorelle dont ils deviennent de fidèles visiteurs, avant d’en faire l’acquisition en 1980 pour le sauver d’une destruction certaine. Pierre Bergé et Yves Saint Laurent entament alors la restauration du Jardin Majorelle, comme celle de l’atelier de peinture érigé en son sein qui deviendra en 1980 un musée d’art islamique. 




M.O
Samedi 2 Mai 2015

Lu 374 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs