Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les femmes à l’honneur au prochain Fespaco


Le Festival projettera près de 170 films



Les femmes à l’honneur au prochain Fespaco
Pour sa 23e édition du 23 février au 2 mars au Burkina Faso, le grand Festival du cinéma africain, le Fespaco, mettra à l’honneur les femmes, qui présideront tous les jurys, ont annoncé jeudi les organisateurs.
Créé en 1969 par des cinéastes et cinéphiles africains, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) projettera près de 170 films d’Afrique et de la diaspora, dont une centaine en compétition dans les différentes catégories.
Dans la section long métrage, vingt films brigueront l’Etalon d’or de Yennenga, la récompense reine. Lors de la dernière édition, en 2011, le trophée avait été décroché par “Pégase”, du Marocain Mohamed Mouftakir.
Le jury du long métrage sera présidé par la Française Euzhan Palcy, réalisatrice martiniquaise du célèbre “Rue Cases-Nègres”, et tous les jurys auront des présidentes venues du continent et de la diaspora, a souligné le patron du Fespaco, Michel Ouédraogo.
“Les femmes ont porté le cinéma africain devant et derrière la caméra, mais l’Afrique le leur a mal rendu. Nous essayons de rétablir, sinon de corriger, une telle anomalie”, a-t-il expliqué lors de la conférence de presse de présentation.
Le festival doit accueillir des stars de la musique comme le Congolais Papa Wemba et des responsables politiques tels que la présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma.
Invité d’honneur de cette édition placée sous le thème “Cinéma africain et politiques publiques en Afrique”, le Gabon présentera une rétrospective de son cinéma en sept films.
Le duo nigérian à succès Bracket assurera le concert d’ouverture au grand stade de la capitale burkinabé, et les stars ivoiriennes de Magic System feront la clôture.
Quelque 970 millions FCFA (près de 1,5 million d’euros) ont été mobilisés pour l’organisation de l’événement, financé en grande partie par le gouvernement du Burkina Faso, l’Union européenne, la Francophonie ou encore Taïwan.

AFP
Samedi 2 Février 2013

Lu 292 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs