Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les farrachas prennent d’assaut villes et cités du pays




Les farrachas prennent d’assaut villes et cités du pays
Il n’est pas une ville ou cité du Royaume qui ne soit pas aujourd’hui envahie par ces marchands ambulants qu’on appelle “farrachas” qui ont choisi  chaussées, rues et artères comme lieux de vente.
Les espaces publics sont occupés au détriment des piétons et des conducteurs d’engins. De la marchandise de tous genres est exposée à la vente.
C’est un phénomène qui pousse comme un champignon. C’est devenu commun! Donc  tout le monde semble s’y accommoder, autorités locales et citoyens. Ces derniers y trouvent parfois leur bonheur, ce qu’ils recherchent, ce qu’ils désirent...
Les magasins qui ont pignon sur rue, gênés dans leur commerce par ces intrus, ont décidé eux aussi de devenir des farrachas  en étendant leurs activités dans l’espace public.
Résultat : nos villes et nos cités, quelle que soit leur importance, se trouvent aujourd’hui dans une situation d’étouffement et de désordre. La circulation piétonnière ou automobile devient impossible sans parler des nuisances sonores provoquées par les marchandages et tractations qui se font à haute voix.
Nos villes et cités se trouvent ainsi  prises  en otages par les “farrachas” qui envahissent l’espace public.
Il est vrai que les autorités compétentes font de temps en temps des descentes pour donner la chasse à ces intrus d’un autre âge. Pourtant, ces marchands continuent à s’adonner au commerce informel. Autrement dit, ils échappent à l’impôt! De ce fait, ils ne contribuent pas aux ressources de l’Etat, et donc ne participent pas à financer les dépenses publiques.  
Les “farrachas”, phénomène qui a débuté timidement, a pris aujourd’hui  une ampleur démesurée qui constitue une tache noire dans nos villes. Mais les autorités compétentes donnent l’impression d’être dépassées par l’événement. Comme d’autres corps de métiers, ils se sont constitués en groupes de pression imposant leur propre loi. Va-t-on les laisser faire indéfiniment  et donc sans réagir? N’est-ce pas que l’autorité de l’Etat est mise à rude épreuve?

Youssef BENZAHRA
Vendredi 6 Janvier 2012

Lu 916 fois


1.Posté par tenamare le 07/01/2012 17:00
les farrachas se sont inspirés des marchands installés et des cafés qui occupent illégalement les trotoirs et ne laissent aux passants aucun un autre choix que de marcher sur la chaussée avec les véhicules au risque de leur vie ,venez voir à temara :un exemple devant l'annexe I ,av MV et av le Caire un café ne laisse pas plus de 20cm pour les piétons :la rachwacratie(pouvoir de la corruption) a pourri la vie des gens .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs