Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les extraordinaires performances de saut des gibbons expliquées




Les secrets des extraordinaires performances de saut des gibbons à mains blanches, capables de franchir des distances de plus de dix mètres entre deux arbres dans les forêts d'Asie du Sud-Est, ont été percés par des chercheurs, selon une étude publiée récemment.
Grâce à des caméras vidéo haute définition et des mesures laser, Anthony Channon (Université de Liverpool et Collège vétérinaire royal à Hatfield, Grande-Bretagne) et ses collègues ont filmé une dizaine de sauts effectués par deux gibbons - un adulte mâle et une jeune femelle - vivant en captivité dans un parc en Belgique.
Bien moins longs (5,2 mètres au maximum) que les prouesses des gibbons en liberté, ces sauts ont montré que les gibbons pouvaient, à partir d'un départ arrêté, réussir d'un seul mouvement à accélérer jusqu'à 8,3 mètres/seconde, soit près de 30 km/h.
Si l'énergie mécanique requise (35,4 joules/kg) avait été dirigée à la verticale, ils auraient pu faire un bond de 3,5 mètres de haut, précisent les chercheurs dont les résultats sont publiés dans la revue scientifique britannique Biology Letters.
Or, les gibbons (Hylobates lar) ne disposent pas de la morphologie parfaitement adaptée au saut des puces, sauterelles ou grenouilles.
Le secret de ces primates réside en partie dans l'usage de leurs bras, qui représente 17% de leur masse corporelle contre 11% chez l'homme.
Après s'être baissés, les gibbons lancent leurs bras en avant et allongent leur tronc, à l'instant du saut. Ce déplacement rapide vers le haut de leur centre de gravité, leur assure une importante poussée.
Le mécanisme utilisé est, selon les auteurs de l'étude, "analogue à l'usage de haltères par les pentathlètes dans la Grèce antique". Pour s'élancer plus loin lors des épreuves de saut en longueur, ils augmentaient le poids de leurs bras en tenant des haltères.
Outre leurs bras, les gibbons utilisent habilement la flexibilité de leur tronc et leurs pattes arrières pour s'élancer, une "division du travail" entre différentes parties du corps, qui leur permet de sauter loin sans avoir besoin de la puissance que déploient les animaux plus spécialisés pour le saut.

Libé
Samedi 13 Août 2011

Lu 228 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs