Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les établissements scolaires jaugés à l’aune de leurs résultats au bac

Sur les 1228 lycées publics et privés, Elbilia tient le haut du pavé




Les établissements scolaires jaugés à l’aune de leurs résultats au bac
Le bac, c’est pour bientôt ! Plus qu’un mois nous sépare, en effet, de cet examen qui a la double particularité de sanctionner la fin des études secondaires et d’ouvrir l’accès à l’enseignement supérieur. Le temps est donc aux ultimes préparatifs et aux dernières retouches.
Conformément à une tradition bien établie, le ministre de l’Education nationale a tenu, vers la mi-avril, une série de réunions avec les présidents des centres d’examen et de corrections pour traquer le grain de poussière qui pourrait enrayer cette lourde machinerie et leur donner les directives nécessaires afin que la rigueur et la vigilance soient de mise en l’occasion.
Il a également innové, cette année, en publiant les statistiques détaillées des résultats obtenus lors de la session 2012 par les 1228 établissements publics et privés du Royaume et leur classement par ordre de mérite.
Ventilée en différents critères et paramètres dont le nombre de candidats présentés, celui des élèves reçus, leurs moyennes, les mentions qu’ils ont obtenues, etc., cette liste  permettra aux parents de jauger objectivement de la qualité et de la pertinence de l’enseignement dispensé à leurs ouailles. Le Collège-Lycée Elbilia de Casablanca y tient le haut du pavé.
En outre et sur les vingt premiers établissements du podium, quatre relèvent du ressort territorial de l’AREF de Rabat-Salé-Zaër-Zemmour ; quatre de celle de Chaouia-Ouardigha ; trois de celle de Casablanca ; deux de celle Fès-Boulemane ; deux de celle de Marrakech-Tensift-El Haouz ; deux de celle de Tanger-Tétouan ; un de celle de Taza-El-Hoceima-Taounate ; un de celle de Meknès-Tafilalet et un de celle de Souss-Massa-Draâ.
Quatorze de ces établissements sont publics et six privés. Ce qui atteste non seulement d’une excellente résilience de l’école publique malgré son manque de moyens et sa mauvaise image de marque, mais aussi du fait que seules les écoles privées qui disposent de leur propre encadrement pédagogique et, surtout,  d’un projet d’établissement cohérent et moderne peuvent lui tenir la dragée haute. A preuve, le Collège-lycée Elbilia qui a été le premier à disposer d’un extranet destiné tant aux élèves qu’aux parents et dont la communication avec ces derniers passe par tous les moyens que les NTIC permettent (SMS, téléphones fixe et mobile, Facebook), a toujours fait de l’excellence son cheval de bataille. Outre la qualité architecturale du bâtiment qui l’abrite, cet établissement dispose de salles de classes équipées pour les vidéoconférences, d’une médiathèque très fournie et d’un corps enseignant trié sur le volet et qui a pour mission première d’encourager l’excellence dans tous les cycles et niveaux de formation en mettant en œuvre les moyens pédagogiques et didactiques à même de cultiver chez les élèves l’ambition de toujours prétendre à un idéal perfectionniste.
Mustapha Andaloussi, directeur général du groupe scolaire Elbilia, a déclaré à ce propos avoir «toujours agi vis-à-vis des parents de nos élèves en les considérant comme des partenaires à part entière dans la réalisation des objectifs que nous nous assignons». De plus, a-t-il ajouté, «nous considérons toute réussite de nos élèves aux évaluations et épreuves qui jalonnent leur parcours scolaire dans notre établissement, comme le fruit d’efforts conjugués fournis, en grande partie, par les familles de nos élèves».
Un exemple à méditer !

A.S
Lundi 13 Mai 2013

Lu 1388 fois


1.Posté par Enseignantes françaises le 10/03/2016 22:26
Nous étions enseignantes à El Bilia, nous avons été licenciées d'une manière brutale et nous avons subi un harcèlement moral pendant des mois.
Certains élèves de 8 ans ont été expulsés brutalement d'El Bilia sans motif et sont devenus gravement dépressifs par la suite.Vous oubliez de préciser que c'est la 1ere école au Maroc avec le plus haut taux de suicide.
La BCD est quasiment inaccessible, le programme français d'enseignement n'est pas du tout respecté, les professeurs sont mal-traités, la communication avec les parents est extrêmement limité, créant un mur entre les professeurs et les parents.
La vitrine El Bilia n'a rien à voir avec la réalité.
La réussite au BAC est la seule obsession de réussite de la direction, il ne faut surtout pas juger une école par rapport à ses résultats au BAC, car sinon des écoles publiques au Maroc qui n'ont ni tableaux dans les classes ni salaires seront parmi les premières du classement car la direction fait une obsession des résultats du BAC dès le CP avec du rabattage et du bachotage pendant des années, ce qui n'a rien à voir avec un enseignement moderne et épanouissant.

2.Posté par Faty le 10/03/2016 22:28
Je confirme.
J'étais enseignante là bas et j'ai vu des choses inadmissibles.
C'est beaucoup trop cher pour ce que c'est, rien de moderne et les enfants ne s'épanouissent pas du tout.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs