Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les éruptions solaires seraient la cause de la perte de l’atmosphère martienne




Les éruptions solaires auraient provoqué la disparition d’une grande partie de l’atmosphère martienne dans la jeunesse de la Planète rouge, provoquant un bouleversement de son climat alors propice à la vie, selon les premiers résultats scientifiques de Maven, une sonde orbitale de la Nasa.
Ce sont les conclusions d’une des quatre études menées à partir des données collectées par les instruments de l’orbiteur, publiées jeudi dans la revue américaine Science.
“L’érosion des vents solaires est un mécanisme important de perte de l’atmosphère et était suffisamment importante pour entraîner un bouleversement du climat martien”, a estimé lors d’une conférence de presse téléphonique Joe Grebowsky, responsable scientifique de Maven au Centre Goddard des vols spatiaux de la Nasa.
Des mesures de la haute atmosphère martienne montrent notamment un taux d’échappement dans l’espace des flux de particules ionisées nettement accéléré (dix fois plus rapide que la normale) pendant une éruption solaire au printemps dernier. Cela donne une bonne indication du mécanisme par lequel Mars a pu perdre une grande partie de son atmosphère pour devenir le grand désert aride d’aujourd’hui, explique Bruce Jakosky, de l’Université du Colorado à Boulder, l’un des auteurs de ces travaux.
Etant donné la probabilité que ces éruptions devaient se produire plus fréquemment dans l’enfance du système solaire, ces chercheurs suggèrent que les taux d’échappement des particules formant l’atmosphère de Mars étaient largement liés à cette activité du soleil.
Les instruments de Maven (“Mars Atmosphere and Volatile Evolution”) fournissent une visualisation du champ magnétique martien bombardé par des jets de matière ionisée pendant cette puissante éruption du soleil, au mois de mars dernier.
“Mars semble avoir possédé une atmosphère épaisse et suffisamment chaude pour que l’eau puisse y couler et qui est un ingrédient essentiel à l’existence de la vie telle que nous la connaissons”, a noté John Grunsfeld, responsable des missions scientifiques à la Nasa.
“Comprendre ce qui s’est passé avec l’atmosphère martienne nous éclairera sur la dynamique et l’évolution de toute atmosphère de planète”, a-t-il estimé, rapporte l’AFP.
Une autre étude publiée jeudi dans Science indique une plus grande densité d’oxygène atmosphérique qu’estimée précédemment.
Stephen Bougher, professeur à l’Université du Michigan, a analysé des données recueillies lors de deux plongées de Maven dans l’atmosphère de Mars pour déterminer la nature de la thermosphère et de la ionosphère.
Durant ces explorations, les instruments ont détecté une importante variation de température selon les altitudes, ainsi que des mélanges stables de CO2, d’argon et d’oxyde nitreux. Ils ont aussi mesuré des quantités d’oxygène plus grandes qu’estimées précédemment.
La densité de ces éléments à près de 200 km d’altitude variait de façon importante à chaque orbite de la sonde, ce qui suggère selon ces scientifiques que ces variations pourraient résulter des ondes gravitationnelles interagissant avec les vents à des élévations plus basses.
Ces résultats devraient aider les chercheurs à mieux comprendre les interactions entre les vents solaires et l’atmosphère martienne, et plus particulièrement les mécanismes physiques limitant l’échappement atmosphérique dans l’espace par le biais de ces interactions.
Une troisième étude avec Maven montre une aurore boréale à une basse altitude de seulement 60 km, très similaire à celles observées sur la Terre, une observation sans précédent.
Ces phénomènes lumineux spectaculaires sont provoqués par l’interaction entre les particules ionisées des vents solaires et l’atmosphère.
Enfin, une quatrième étude dirigée par Laila Andersson à l’Université du Colorado a analysé des nuages de poussières détectés à des altitudes variant entre 150 et 1.000 kilomètres.
Aucun processus connu ne peut transporter de telles concentrations de poussière à ces altitudes au-dessus du sol, expliquent les chercheurs qui excluent aussi les lunes de Mars comme source d’attraction vu la taille et la distribution des particules.

Jeudi 12 Novembre 2015

Lu 437 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs