Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les enseignants violemment tabassés

Les syndicats condamnent l’intervention musclée des forces de l’ordre




Les enseignants   violemment tabassés
Pendant que les ministres Rachid Belmokhtar et Abdelaadim El Guerrouj débattaient  mercredi avec les représentants syndicaux du secteur de l’enseignement, à quelques mètres de là, des enseignants subissaient un triste sort. La matraque a servi là comme un argument plus que musclé. 
Pour faire valoir leur principale revendication, les enseignants titulaires de licences qui protestaient  contre la décision aberrante du ministère de l’Education de ne pas les faire bénéficier d’un avancement à l’échelle 10  s’étaient donné rendez-vous devant le siège du ministère. Une manifestation pacifique qui n’était pas du tout du goût des forces de l’ordre qui ont fait preuve d’une grande brutalité pour faire disperser les manifestants. 
Dans un communiqué rendu public hier, les syndicats les plus représentatifs du secteur, à savoir la FDT, la CDT, l’UMT, l’UGTM et l’UNTM ont condamné  vivement cette intervention qui  confirme  les pratiques répressives que le gouvernement  Benkirane a choisies  pour seule règle de conduite  depuis son investiture. 
Ils rejettent également l’approche sécuritaire  et considèrent la violence à l’encontre des manifestants  comme une agression à l’ensemble de la famille de l’enseignement. 
Tout en culpabilisant  le ministère de l’Intérieur de cette intervention violente, les syndicats  demandent  l’intervention urgente du chef du gouvernement  pour l’ouverture  d’une enquête  afin de définir les  responsabilités, la libération immédiate des enseignants appréhendés et l’arrêt des poursuites judiciaires à leur  encontre ainsi que leurs collègues.
A rappeler qu’à l’issue de la rencontre que les deux parties ont eue vendredi dernier, il a été convenu de la formation de trois commissions mixtes  pour approfondir le débat autour des différents dossiers traités et des autres  points inscrits à l’ordre du jour. Ces dossiers portent, entre autres, sur la situation des titulaires de licences, de Master, de doctorat, des professeurs agrégés et des fonctionnaires classés à l’échelle 9 ainsi que sur les moyens d’engager un dialogue responsable et sérieux aux niveaux central et régional.

Vendredi 24 Janvier 2014

Lu 1016 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs