Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les enseignants de l’apocalypse


On s'étonne très souvent que des démons tels que le soi-disant Etat islamique aient autant d’influence sur les jeunes !



Tout d’abord, ces démons ne peuvent influencer que ceux qui s’y prêtent, ceux qui ont reçu une éducation basée sur la peur du jour du jugement dernier, éducation qui peut être acquise autant à la maison qu’à l’école ou à la mosquée.
Dans certaines de nos écoles, les principes de l'éducation moderne et les règles de la rationalité sont quotidiennement bafoués par certains enseignants dont la formation est à prédominance idéologique au détriment des principes de la profession et de la conscience professionnelle, et qui considèrent que l'idéologie et la foi excessive priment sur le respect des programmes, ne se rendant pas compte de l'énorme impact de leurs comportements sur la psychologie des élèves.
Quand un enseignant conseille aux filles de porter le "hijab", et exhorte les enfants à faire leurs cinq prières « à l'heure », se rend-il compte que beaucoup d’enfants se retrouvent  à vivre dans une contradiction psychologique entre ce qui est vécu à la maison et les conseils inconscients de cet enseignant.
Lorsque l'enseignant parle de la polygamie, il donne l’exemple du Prophète qui a épousé neuf femmes dont une était âgée d’à peine neuf ans, ne se rendant pas compte qu’il met l’élève dans une situation tout à fait contraire aux lois en vigueur et les acquis du Maroc moderne, car personne  ne peut se marier aujourd'hui au Maroc avec neuf femmes, encore moins avec une fillette de neuf ans. L’enseignant se rend-il compte de l’impact psychologique sur la fillette qui s’imagine mariée à son âge ?
A-t-il conscience de ce qu'il fait ? Se rend- il compte que la fillette qu’il éduque ainsi va transmettre ce « savoir » à sa progéniture ? Et ainsi de suite, de sorte que la femme se retrouve en train de participer au processus de sa propre aliénation.
Et quand le professeur parle de terrorisme, il met en garde ses élèves contre cette « propagande » sioniste qui vise les musulmans, et que la mort pour la religion est un djihad au nom de Dieu… et c’est ainsi que des actes criminels condamnés par la conscience collective, deviennent « djihad » et leurs auteurs des héros.
Tout ceci arrive à des élèves marocains que leurs parents ont inscrit dans des écoles marocaines qui sont censées être des lieux de savoir, et qui se retrouvent face à des enseignants qui ne maîtrisent que la promotion de la culture de la peur de la punition, la promotion d’une « marchandise » qui n’a aucun lien avec l'éducation, ni avec la science, et la méthode adoptée ne peut émaner que d’une mentalité de détraqués qui n’ont aucun lien avec la civilisation humaine. Et le pire est que cette méthode est pratiquée dans nos écoles à l'insu des parents qui découvrent soudainement que leurs enfants pratiquent la même méthode à la maison avec leurs familles à travers des conseils sur les choses qu’il est interdit de faire parce qu'ils sont « haram » (illicites). Cet enseignant, ne trouve-t-il pas dans le contenu éducatif religieux ce qui peut être présenté sans contradiction avec la vie et les valeurs des Marocains du 21ème siècle, avec une éducation moderne inspirée de nos traditions de tolérance, de diversité et d’ouverture?
Le contenu de l'enseignement religieux ne doit plus se faire en référence à la culture traditionnelle qui repose sur l'intimidation et  la peur, mais par la raison et la logique, par la pensée inspirée de l’humanisme, faisant aimer le contenu éducatif aux élèves, sans les transformer en malades mentaux.
Il faut qu’on commence par réformer chacune de nos écoles, chacun de nos lieux de savoir, y compris les écoles de formation des instituteurs, pour les orienter vers des principes universels : les principes de la liberté, la démocratie, la tolérance, le droit de cité pour la diversité, l'égalité des sexes, l'émancipation de la femme …
Quand on était petits on nous a appris que Ibn Sina, Ibn Rochd, Al Khawarizmi et d’autres sont des savants qui étaient à l’origine du développement de la civilisation musulmane et que grâce à eux les peuples musulmans étaient plus développés que tous les autres peuples du monde, et que ces savants ont contribué à travers leurs inventions, leurs découvertes scientifiques et leurs travaux de recherche dans tous les domaines (médecine, astronomie, architecture, mathématiques, littérature…) à l’amélioration de la qualité de la vie de l’humanité entière.
Mais quand on a grandi et que nous avons eu accès aux biographies de ces savants, nous avons découvert qu’ils ont tous été combattus par les dignitaires religieux, qui les traitaient de mécréants, d’athées, de menteurs et de sataniques. Ils les ont emprisonnés, torturés, exilés et bannis, ils ont brûlé leurs livres et leurs travaux, et beaucoup d’entre eux ont même été exécutés.
Et c’est là la raison du sous-développement du monde musulman aujourd’hui.


 

Par Omar Abbadi
Lundi 4 Janvier 2016

Lu 761 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs