Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les enfants qui dorment moins sont plus gros




Les enfants qui dorment moins sont plus gros. C’est la conclusion à laquelle sont arrivés des chercheurs de l’université d’Otago à Dunedin en Nouvelle-Zélande après une étude longitudinale sur le lien entre le sommeil et le poids chez les enfants, rapporte The Telegraph.
Le lien entre manque de sommeil et obésité fait l’objet de nombreuses études, mais rarement chez les enfants en bas âge. En moyenne, les enfants âgés de t3 à 5 ans dorment 11 heures par nuit. Mais pour chaque heure de sommeil en moins en moyenne sur la même période, les enfants pèseront 0,7 kg en plus au moment de leur septième anniversaire. Pour résumer: à 7 ans, un enfant qui aura dormi en moyenne huit heures par nuit de 3 ans à 5 ans pèsera 2,1 kg de plus qu'un enfant qui aura dormi onze heures par nuit en moyenne sur la même période.
Les chercheurs ont réalisé une étude longitudinale en suivant 244 enfants depuis leur plus jeune âge et en analysant leur sommeil grâce à des accéléromètres qui mesurent les mouvements. Les chercheurs ont demandé aux enfants de porter les appareils cinq nuits consécutives aux âges de trois, quatre et cinq ans.
Les chercheurs ont également pris en compte l’alimentation et l’activité physique des enfants et l’éducation et le revenu des mères de famille. 
En conclusion de l’étude, qui est parue dans la respectée revue scientifique British Medical Journal (BMJ), les chercheurs écrivent:
 «Les jeunes enfants qui ne dorment pas assez ont un risque plus élevé de développer un surpoids, et un taux de masse graisseuse plus élevé, même après avoir ajusté le poids initial et des facteurs multiples. Cette prise de poids est le résultat d’une augmentation du dépôt de graisse chez les deux sexes plutôt que de l’accumulation de masse non-graisseuse.»
Pour les auteurs de l’étude, deux facteurs peuvent expliquer le lien entre manque de sommeil et surpoids chez les enfants en bas âge: le temps disponible pour le «grignotage» et les changements de niveaux hormonaux entraînés par le manque de sommeil. Ils estiment que d’autres recherches doivent être menées autour du sujet, notamment pour déterminer si un changement d’habitudes de sommeil peut avoir un impact sur le poids des enfants:
 «Des habitudes de sommeil adaptées devraient être encouragées pour tous les enfants à travers des mesures de santé publique. […] On ne sait pas si des changements dans les habitudes de sommeil peuvent affecter le poids, mais c’est un sujet d’un très grand intérêt.» 

Slate.fr
Mardi 31 Mai 2011

Lu 232 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs