Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les enfants qui dorment à heure fixe montrent de meilleures performances




Les enfants qui dorment à heure fixe montrent de meilleures performances
Alors que de nombreux spécialistes dénoncent de plus en plus les risques du manque de sommeil chez les enfants, c'est une nouvelle étude qui souligne l'importance de l'horaire du coucher. Menée par l’University College de Londres, celle-ci affirme en effet que cet élément pourrait contribuer à optimiser l'intelligence des enfants.
Pour en arriver là, les scientifiques ont mené une étude sur 11.178 enfants britanniques âgés de 7 ans. Ces derniers ont été soumis à des tests de lecture, de mathématiques et d’aptitude de repérage dans l’espace. En parallèle, leurs parents ont été interrogés afin d’estimer la régularité des horaires de coucher de ces mêmes enfants à trois, cinq et sept ans.
Ceci a permis de constater que c’est à trois ans que la plupart des enfants ne vont pas au lit à heure fixe (19,5%). Puis avec les années, une régularité s’installe et chez les enfants de sept ans seuls 8,2% ne vont pas se coucher à heure fixe.
Néanmoins, les chercheurs ont aussi constaté que les enfants de sept ans qui n’étaient pas habitués à aller au lit tôt et à heure fixe quotidiennement, ont obtenu de moins bons résultats aux tests de lecture, de mathématiques ou d’aptitude de repérage dans l’espace que les autres, d'après les résultats parus dans la revue Journal of Epidemiology & Community Health.
L’étude indique également que plus le fait de se coucher à horaires variables se prolonge, plus les performances s’écartent de celles des dormeurs réguliers. Curieusement, les scientifiques ont également constaté que les filles semblent encore plus sensibles à cette irrégularité que les garçons. Des résultats qui se sont avérés indépendants du statut professionnel des parents, du temps consacré aux enfants, de leurs activités de loisirs ou de la durée passée devant la télé.
De fait, il semble que ce soit bien la régularité du sommeil qui soit déterminant, d'après les auteurs de l'étude. Ces derniers estiment que modifier l’heure du coucher pourrait interrompre ou raccourcir le temps de sommeil, ce qui perturberait le rythme jour-nuit. De plus, ce changement aurait un impact sur la plasticité cérébrale et sur la concentration des enfants ce qui, en définitive, se traduit par une diminution des capacités cognitives. Ces conclusions vont ainsi dans le sens des études selon lesquelles les meilleurs élèves à l’école sont souvent ceux qui bénéficient de longs temps de sommeil.

Maxisciences
Mercredi 17 Juillet 2013

Lu 374 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs