Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les électriciens ont coupé le courant sur une bonne partie de la ville : Le social s'invite au Festival de Cannes




Les électriciens ont coupé le courant sur une bonne partie de la ville  : Le social s'invite au Festival de Cannes
La crise sociale ambiante qui pèse sur le hors champ du festival a fini par le rattraper via une manifestation des électriciens qui ont réalisé une opération coup de poing en coupant le courant sur une bonne partie de la ville de Cannes et donc sur un certain nombre d'activités du festival notamment le village international…
Dès l'ouverture du festival, en fait, la crise financière internationale et ses effets probables sur le rendez-vous cannois étaient au centre des discussions off des festivaliers. Aujourd'hui, une semaine après le démarrage, on peut dire que si cette édition ne fut pas un fiasco, elle n'en demeure pas moins marquée par la situation économique mondiale. D'abord au niveau de la fréquentation globale, on parle d'une diminution d'un niveau de 5%. Cela est relativement visible au niveau de la fréquentation des salles, celles-ci affichent toujours complet, mais au niveau des sites d'hébergement, des hôtels de luxe notamment, l’affluence n’est pas aussi dense. Ce n'est que lors du premier week-end que la grande corniche de Cannes a connu une grande affluence; le beau temps aidant, un public nombreux est venu profiter de la plage et des films. C'est ensuite au niveau des grosses campagnes publicitaires que la différence avec les autres années se ressent. La devanture des hôtels prestigieux qui longent la côte n'affichent plus à coup de posters géants les prochaines méga-productions…
Ceci dit, la profession du cinéma ne se plaint pas trop de la crise puisqu’au niveau des guichets, le malaise social semble aiguiser l'appétit du public pour le spectacle cinématographique. A Cannes, aussi, l'engouement des professionnels et des cinéphiles est toujours aussi passionnant. Pour assister  au film Ameerika de la Palestino-américaine,  Cherien Dabbis, présenté dans le cadre de la Quinzaine des réalisateurs, il m'a fallu prendre une file pendant plus d'une heure (90 minutes). Au final, je ne l'ai pas regretté puisque le film était très plaisant avec une prestation époustouflante de la comédienne principale mais c'est pour dire que le charme de Cannes, sa marque indélébile, c'est la cinéphilie: tous les genres, tous les films ont leur public. Et cela reste l'essentiel.
Cannes 

Mohammed Bakrim
Jeudi 21 Mai 2009

Lu 246 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs