Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les écrivains marocains condamnent l'assassinat de Nahed Hattar

Trois balles dans la tête de la conscience arabe




L’Union des écrivains marocains (UEM) regrette, dans un communiqué publié récemment, la mort de Nahed Hattar, l'écrivain jordanien lâchement assassiné à Amman, pour avoir publié une caricature jugée offensante envers l’islam, mais dont il n’est pas l’auteur. Fervent opposant à l'islam politique, Nahed Hattar a reçu trois balles, dimanche 25 septembre, devant un tribunal où il était jugé pour cette publication.
Le suspect, un employé du ministère de l’Education et ancien imam de 49 ans, a été inculpé de meurtre avec préméditation, acte terroriste ayant entraîné la mort et possession illégale d’arme à feu. Lors de son interrogatoire, il a avoué avoir planifié son acte seul, sans lien avec un groupe terroriste.
Pour l’UEM, «cet assassinat constitue le couronnement d'un long processus de restrictions, de crimes et d'assassinats ayant atteint plusieurs de nos brillants intellectuels et écrivains arabes». «L'assassinat de cet intellectuel doué et audacieux, connu pour son courage inédit et son dévouement à la liberté et à la modernité au niveau du monde arabe (...), constitue un préjudice à toutes les tentatives d'émancipation et de rationalisation», écrit l'UEM dans son communiqué.  «Les intellectuels vivent actuellement dans un climat asphyxiant de restriction de la liberté d'expression et de la pensée», ajoute-t-on de même source.  
L'UEM a également exprimé «son soutien aux forces vives: organisations et instances gouvernementales et non gouvernementales qui défendent les droits de l'Homme», réitérant sa solidarité avec les écrivains pour défendre leurs droits en matière d'expression et de pensée.
Sous le titre «Trois balles dans la tête de la conscience arabe», le quotidien égyptien Al Joumhouria estime que l’assassinat de l’écrivain jordanien Nahed Hattar est porteur de significations qui doivent interpeller tout un chacun.
«Ce qui s’est produit en Jordanie est déjà arrivé en Egypte avec le meurtre de Faraj Fouda, l’écrivain, chroniqueur et militant des droits de l'Homme égyptien mort assassiné le 8 juin 1992 au Caire, ainsi que la tentative d’assassinat de Najib Mahfoud, soulignant que la cause de tels actes est la pensée extrémiste», lit-on dans ledit quotidien.
Au Bahreïn, le journal Akhbar Al Khalij s’est attardé sur le même sujet, estimant que l’assassinat de l’écrivain Nahed Hattar constitue «un crime abominable qui ne peut trouver aucune excuse ou justification».
Notons enfin que Nahed Hattar n’en était pas à sa première polémique. Habitué des prisons jordaniennes où il a séjourné à plusieurs reprises entre 1977 et 1979 pour ses écrits critiques contre la monarchie hachémite, il avait également survécu à une tentative d’assassinat en 1998. Athée revendiqué, pourfendeur de l’islam politique, il était aussi un fervent partisan du président syrien Bachar Al-Assad.

Mehdi Ouassat
Jeudi 6 Octobre 2016

Lu 678 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs