Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les écrits des Marocains sur l’histoire sont prolifiques


Colloque initié par la Fondation Allal El Fassi



Les écrits des Marocains  sur l’histoire sont prolifiques
Des spécialistes et des historiographes ont été unanimes à souligner, vendredi à Rabat, que les écrits et oeuvres des Marocains sur l’histoire de leur pays sont prolifiques.
Intervenant lors d’un colloque de deux jours, initié par la Fondation Allal El Fassi, sous le thème «Ecriture de l’histoire du Maroc: problématiques et défis», les participants ont souligné que l’histoire du Royaume requiert, toutefois, un changement de la méthodologie adoptée de son écriture en optant pour de nouvelles approches notamment scientifique, tout en faisant de sorte que les générations montantes aient la possibilité d’accéder aux données historiques authentiques de leur pays.
Ainsi l’écrivain et président du comité culturel de la Fondation, Abdelkrim Ghallab, a fait remarquer que la nécessité d’expliquer l’histoire du Maroc aux nouvelles générations découlent du fait qu’un nombre de jeunes n’ont que des «idées perturbées et erronées» sur l’histoire de leur pays, ajoutant «qu’il est nécessaire d’aller de l’avant afin que nos écrits aient un caractère scientifique, soient revus et plus utiles aux chercheurs dans l’histoire du Maroc».
L’universitaire Abderrahim Masslouhi a estimé, de son côté, que toute nation confiant à autrui la mission d’écrire son histoire ne peut que rater «le train de l’histoire» avec les conséquences négatives qui en découlent, faisant observer que l’université marocaine a donné naissance à une «école des sciences de l’histoire».
Pour sa part, le directeur de l’Institut Royal pour la recherche sur l’histoire du Maroc (l’IRRHM), Mohammed Kably, a donné un aperçu sur la création de l’Institut et ses objectifs, à savoir la promotion des études relatives à l’histoire du Maroc, le développement de la connaissance de l’histoire du Maroc, et le recours aux outils de communication, notamment les musées, les exposés, et les nouvelles technologies audiovisuelles.
Les activités du colloque se poursuivent samedi avec au menu, la discussion de plusieurs thèmes notamment «L’archive au Maroc, perspectives et défis», «Histoire de la conjoncture actuelle: structures et programmes», et «L’Institut Royal pour la recherche sur l’histoire du Maroc, origines et perspectives».

MAP
Lundi 18 Février 2013

Lu 271 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs