Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les droits des MRE au cœur de l’action de Mohamed Ameur : Marocains du monde, ceci vous intéresse !




Les droits des MRE au cœur de l’action de Mohamed Ameur : Marocains du monde, ceci vous intéresse !
«C’est un vaste chantier. Les questions sont complexes, parfois enchevêtrées et les attentes sont immenses ». Mohamed Ameur, le ministre délégué chargé de la communauté marocaine résidant à l’étranger, le sait. Le département aux destinées duquel il préside n’est pas simple parce qu’il doit gérer les problèmes, les attentes et les ambitions des Marocains du monde. L’entreprise n’est pas aisée. Parce qu’ici, il s’agit d’apporter des réponses à la fois efficaces et concrètes à plus de 3 millions de Marocains et Marocaines vivant sous d’autres cieux, et à autant de subjectivités.
Alors que l’été et l’opération Transit 2010 se sont achevés, et à mi-parcours d’un mandat gouvernemental, le ministre usfpéiste n’hésite pas à faire le bilan d’une saison. Et à tous ceux qui continuent de s’interroger sur le rôle du ministère en charge de la communauté marocaine résidant à l’étranger à l’ombre du Conseil consultatif des Marocains de l’étranger et la Fondation Hassan II,  les actions structurantes menées par Ameur et ses équipes apparaissent comme des réponses cinglantes, mises en exergue mercredi 6 octobre lors d’une conférence de presse donnée à Rabat par ce responsable gouvernemental.
Deux mesures, entrées en vigueur à la fin du mois de septembre, retiennent toute l’attention : la généralisation de l’assistance juridique et la création d’un mécanisme d’appui social au profit des MRE. Coût de cette double mesure ? 10 M. DH pour que soit mis en place un dispositif d’assistance juridique et judiciaire dont bénéficieront les MRE dans 22 pays d’Europe, d’Asie, du monde arabe et d’Afrique subsaharienne ainsi qu’un fonds d’aide sociale pour les Marocains de l’étranger en situation de précarité ou de détresse. « Cette année, notre  bilan social n’est pas négligeable, même si ce n’est qu’une goutte d’eau dans un océan. En plus du dispositif d’assistance juridique et du fonds d’aide sociale, nous avons organisé une opération Ramadan avec la distribution de 11.000 repas destinés aux Marocains en détention, aux personnes âgées et autres MRE en détresse. Le ministère a également pris en charge le  rapatriement des dépouilles des Marocains nécessiteux comme il a accordé 1000 bourses aux étudiants issus de l’immigration et en situation précaire. Enfin, les frais de scolarité des enfants de Marocains défavorisés résidant dans certains pays arabes et africains ont été pris en charge », explique Mohamed Ameur.
Une caravane de la citoyenneté et de l’égalité
Les droits des Marocains du monde et leur protection sont visiblement au cœur de l’action du département de la communauté marocaine résidant à l’étranger. Des droits qui doivent être respectés ici et là-bas, soutient le ministre usfpéiste tout en rappelant que la migration obéit à un cadre, des lois et des conventions qui doivent protéger les MRE.  Des droits dans le pays d’accueil mais aussi dans le pays d’origine. Un système informatique de gestion des requêtes et doléances de la communauté marocaine résidant à l’étranger est désormais en vigueur pour pouvoir mieux assurer le suivi des plaintes de ces Marocains d’ailleurs. Deux juges chargés du suivi de leurs affaires juridiques et judiciaires ont d’ailleurs été mis à disposition par le ministère de la justice. « A cela, il convient d’ajouter la création des Maisons des MRE à travers les différentes régions du Maroc pour assurer le traitement et le suivi des affaires des Marocains résidant à l’étranger et de leurs familles », annonce Mohamed Ameur.
Il faut le savoir. Les nouvelles dispositions du Code de la famille restent encore méconnues auprès des Marocains du monde et les Marocaines de la migration sont les premières victimes de la Moudawana revisitée et réformée. Au ministère en charge de la communauté marocaine résidant à l’étranger, on en a pris pleinement conscience. Une caravane de la citoyenneté et de l’égalité, organisée en partenariat avec le ministère de la Justice et celui du Développement social, de la Famille et de la Solidarité, va dès ce lundi 11 octobre, faire un voyage d’explication long de 15 jours.
La communication, s’exclame Mohamed Ameur, représente un axe essentiel dans toute stratégie à l’adresse des Marocains du monde. Le ministre reconnaît des défaillances en la matière et s’empresse de préciser que « tout sera fait  pour parer aux lacunes ». Un portail électronique dédié à la communauté marocaine résidant à l’étranger est  aujourd’hui disponible en arabe et en français –il sera effectif en anglais et en espagnol en décembre prochain- pour répondre aux interrogations et demandes d’information des Marocains du monde.

L’opération Transit 2010 en chiffres

Cette année, l’opération Transit s’est déroulée dans un contexte particulier. Le mois de Ramadan et l’entrée en service du Port de Tanger Med ont été quelque part les signes distinctifs de Transit 2010 sur fond des effets de la crise mondiale qui continuent de se faire ressentir sur les Marocains du monde.
Entre le 5 juin et le 15 septembre 2010, plus de 2.120.934 MRE ont visité le pays, soit une augmentation de 3,94% par rapport à 2009. Plus de 55% d’entre eux ont utilisé un passeport marocain.
 Côté retour au pays, les Marocains vivant en France ont occupé la première place avec un taux de 36,66%, suivie de l’Espagne (18,09%), la Belgique (12,20%), la Hollande (11,44%) et l’Italie (8,69%).
Durant cette même période, 364.243 véhicules de MRE ont franchi les frontières marocaines.
Au chapitre des transferts des devises, il faut noter une légère amélioration par rapport à 2009. Entre janvier et mars 2010, les Marocains d’ailleurs ont procédé au transfert, vers le pays d’origine, de  11.953 millions dhs, soit une augmentation de 13,2% par rapport à 2009.
Les effets de la crise continuent de se faire ressentir. En 2010, les achats de biens immobiliers au Maroc ont plutôt été boudés par les MRE. Al Omrane a noté l’aboutissement de l’achat de 387 logements contre 364 en 2009.

Narjis Rerhaye
Vendredi 8 Octobre 2010

Lu 582 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs