Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les deux bachelières quinquagénaires sujettes à toutes les sollicitations : Mobilisation au profit de Meriem et Omoréda




Après que "?Libération?" a évoqué la prouesse réalisée par les deux sœurs Meriem et Omoréda qui ont décroché leur bac à plus de la cinquantaine, plusieurs organes de presse nationaux et internationaux se sont intéressés à ces deux cas rarissimes dans les annales de l'enseignement au Maroc. Ce qui a poussé les officiels à s'intéresser à leur tour à ces deux courageuses et persévérantes dames d'Agadir. Le défi était de taille pour  les deux quinquagénaires Meriem et Omoréda Abakarim?: obtenir le baccalauréat après l'interruption de leurs études qui a duré plus de 40 ans. C'est le directeur de l'Académie du Souss-Massa-Draa,  M'bark Hanoun, qui fut chargé par le ministre Khchichen et Mme Latifa Abida, Secrétaire d'Etat chargée de l'enseignement scolaire de transmettre les félicitations aux deux dames et de les accueillir au siège de l'Académie. Les deux bachelières âgées respectivement de 55 et de 57 ans sont conviées à la cérémonie de remise des prix qui sera organisée par l'Académie le 23 juillet 2010 au siège de la wilaya.
Elles sont également convoquées par la Délégation du ministère de l'Education nationale le mardi 06 juillet pour une cérémonie organisée en collaboration avec le Conseil municipal d'Agadir au siège du Palais de la municipalité. Omoréda et sa sœur Meriem sont devenues la fierté de toute la région du Sud et sont déjà un exemple de la réussite féminine et des capacités et du courage de la femme marocaine. D'autres cérémonies sont prévues pour rendre hommage à ces deux bachelières. Cependant il ne faut pas oublier que le premier soutien à ces deux dames fut le tissu associatif féminin puisqu'elles sont toutes les deux membres de l'Association Hiya Wa Houwa Siyane, d'où est venue l'idée et qui s'est chargée de l'encadrement et du suivi de la préparation de cet exploit. Une Association socioculturelle et éducative de Tiznit  qui déploie de grands efforts  en matière d'alphabétisation et de lutte contre la déperdition scolaire. L'Association a réalisé un grand exploit mais ses membres promettent d'œuvrer davantage pour l'émancipation de la femme marocaine dans un Maroc qu'on persiste à considérer comme inutile.

KAMAL MOUNTASSIR
Mardi 6 Juillet 2010

Lu 643 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs