Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Les deux attentats au Niger revendiqués par le Mujao

Les attaques ont été supervisées par l’Algérien Belmokhtar




Les deux attentats au Niger revendiqués par le Mujao
Deux attentats suicide contre l’armée nigérienne et le groupe nucléaire français Areva, revendiqués par les islamistes du Mujao et «supervisés» par le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, ont fait jeudi une vingtaine de morts, essentiellement des militaires, dans le nord du Niger. Il s’agit des premiers attentats suicide dans l’histoire de ce pays sahélien très pauvre engagé depuis début 2013 au Mali voisin, aux côtés de troupes françaises et africaines, contre des mouvements jihadistes. Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao), l’un des groupes armés qui occupaient le nord du Mali depuis 2012 avant d’en être chassés depuis janvier, a revendiqué ces attaques.
«Grâce à Allah, nous avons effectué deux opérations contre les ennemis de l’islam au Niger», a déclaré à l’AFP le porte-parole Abu Walid Sahraoui. «Nous avons attaqué la France, et le Niger pour sa coopération avec la France dans la guerre contre la charia« (loi islamique), a-t-il lancé. Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar a «supervisé» les attentats, a affirmé jeudi soir le porte-parole de son groupe, Les signataires par le sang, cité par l’agence mauritanienne en ligne Alakhbar. «C’est Belmokhtar qui a supervisé lui-même les plans d’opération des attaques» qui ont «visé les forces d’élite françaises assurant la sécurité des installations de la firme nucléaire (Areva) et une base militaire nigérienne», a déclaré le porte-parole El-Hassen Ould Khlil, alias «Jouleibib».
Le premier attentat à la voiture piégée jeudi a visé un camp militaire d’Agadez, vers 05H00 (04H00 GMT).
Le ministre nigérien de la Défense, Mahamadou Karidjo, a fait état de «20 morts côté ami», sans plus de précision. Plus tôt, le ministre de l’Intérieur Abdou Labo a parlé de «18 militaires et un civil» tués. Une quinzaine de militaires ont été blessés, dont six graves, et au moins trois assaillants tués, d’après Niamey.
Selon Abdou Labo, un «kamikaze» s’est ensuite enfermé dans un bâtiment du camp avec «quatre à cinq» élèves officiers en formation à Agadez. Mais, dans la soirée, son collègue de la Défense a assuré que l’assaillant, qui «voulait fuir», a été «maîtrisé». «Tout le monde a été maîtrisé, l’opération est terminée», a-t-il insisté, démentant qu’il y ait eu à proprement parler une «prise d’otages».

AFP
Samedi 25 Mai 2013

Lu 185 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs